•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un rapport fait le point sur la fracturation hydraulique en Colombie-Britannique

Photo d’un site de fracturation hydraulique à Dawson Creek dans le nord-est de la Colombie-Britannique.
Un site de fracturation hydraulique à Dawson Creek dans le nord-est de la Colombie-Britannique. Photo: iStock / MajaPhoto
Eva Uguen-Csenge

Un rapport sur l'industrie de la fracturation hydraulique, en Colombie-Britannique, reconnaît l'existence d'un cadre réglementaire bien établi, mais signale aussi plusieurs points à améliorer. Le comité scientifique indépendant, dont les trois membres ont été nommés par le ministère de l'Énergie, des Mines et des Ressources pétrolières pour étudier la fracturation hydraulique, a publié, mardi, son rapport de 236 pages. Celui-ci comprend 97 recommandations principalement axées sur les conséquences de la fracturation sur l'environnement.

Le rapport critique notamment un manque de connaissances dans plusieurs domaines, dont la qualité de l’eau, les données d’analyse biologique, la composition chimique des eaux usées et l’accès aux renseignements sur les eaux retirées de la terre.

Le comité a notamment entendu le témoignage de représentants de Premières Nations du Traité 8 profondément inquiets par l’utilisation de l’eau dans le processus de fracturation.

Ils considèrent la fracturation hydraulique comme « un abus de l’eau » avec l’évacuation souterraine des eaux usées.

La fracturation hydraulique est une technique qui consiste à fendre le roc, notamment le schiste, à l’aide d’eau, de produits chimiques et de sable pour permettre au gaz naturel de s’échapper.

Selon Ressources naturelles Canada, la Colombie-Britannique produit un quart de tout le gaz naturel au Canada, dont la grande majorité provient de réserves de schiste situées dans le nord-est de la province.

La Commission du pétrole et du gaz de la Colombie-Britannique estime que les réserves de schiste de cette région contiennent encore 1,37 billion de mètres cubes de gaz.

En réponse à ce rapport très technique, le ministère de l’Énergie, des Mines et des Ressources pétrolières dit avoir adopté une mise en vigueur progressive de ces recommandations.

La province dévoilera son plan, pour le court terme, au mois de mai. Sa stratégie, pour le long terme, sera rendue publique en décembre 2019.

Colombie-Britannique et Yukon

Énergie