•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réactions optimistes dans le Nord de l'Ontario à la promesse de brancher tous les Canadiens à la haute vitesse

Routeur sans fil avec deux antennes sur une table en bois.

Le gouvernement fédéral propose un nouveau plan qui fournira de cinq à six milliards de dollars en nouveaux investissements dans un service Internet à large bande dans les communautés rurales au cours des 10 prochaines années.

Photo : Getty Images / farakos

Miguel Lachance

Des élus municipaux du Nord de l'Ontario voient d'un bon œil les mesures prévues dans le budget fédéral qui visent à rendre disponible l'accès Internet haute vitesse d'au moins 50 Mbit/s à 95 % de la population d'ici 2026, et à 100 % en 2030.

Sur le site web expliquant le budget, le gouvernement indique entre autres qu’il investira jusqu’à 1,7 milliard de dollars sur 13 ans, à compter de 2019-2020, afin de créer un nouveau programme national d’Internet haute vitesse.

La nouvelle rend optimiste Nicole Fortier Levesque, la mairesse de Moonbeam, où la qualité actuelle du service laisse à désirer, surtout en campagne.

L'enseigne du village avec, en arrière-plan, la soucoupe volante en bordure de la route.

Le village de Moonbeam compte 1200 habitants.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Mathieu Tremblay

La municipalité a récemment choisi de s’associer avec la compagnie Exolink, basée dans la ville avoisinante de Kapuskasing, pour fournir la haute vitesse aux résidents.

Exolink était à la recherche d’une municipalité qui serait le champion du projet, pour faire des demandes de subventions. [L’annonce du gouvernement] confirme qu’on va pouvoir aller de l’avant.

Nicole Fortier Levesque, mairesse de Moonbeam

Mme Fortier Levesque raconte qu’avant l’installation des deux premières tours de transmission, une au lac Rémi et l’autre à Kapuskasing, il n’y avait pas suffisamment de bande passante pour les services de diffusion en ligne, comme Netflix.

Exolink espère construire 10 tours d’ici la fin de 2019, pour desservir la région comprise entre Calstock, à l’ouest de Hearst, et Smooth Rock Falls.

La phase 3 prévoit l’ajout de 10 tours supplémentaires, pour un total de 22, dans le but d’offrir les services jusqu’à Temiskaming Shores.

La mairesse ajoute qu’au-delà des utilisations pour le divertissement, Internet est essentiel pour l’économie de la région, entre autres pour permettre le télétravail : C’est un besoin, une nécessité.

Un avis partagé par Rénald Beaulieu, le maire de Greenstone, une municipalité de 4 600 habitants qui couvre un territoire de 2 700 km carrés.

C’est une annonce qui est critique pour nous et beaucoup de petites municipalités dans le Nord, a-t-il déclaré. Ça va nous permettre de nous sentir égaux.

Le portrait d'un homme portant des lunettes.

Le maire de Greenstone, Rénald Beaulieu

Photo : Radio-Canada / Thomas Gerbet

M. Beaulieu raconte qu’il y a environ deux ans, cinq millions de dollars ont été investis pour améliorer le réseau dans le municipalité, avec un succès plutôt limité.

L’annonce de mardi lui donne de l'espoir, même s’il aurait préféré que l’échéancier soit plus court : J’espère qu’on va pouvoir mettre ça en marche pour que les gens puissent commencer à voir une différence prochainement.

Il craint que l’écart avec les milieux urbains demeure important si les améliorations ne se font pas assez vite.

Si on se compare aux grands centres, par le temps qu’on a ce qui est comparable, ils sont déjà plus avancés ailleurs.

Rénald Beaulieu, maire de Greenstone

Le maire Beaulieu souligne aussi qu’à l’heure actuelle le coût du service est aussi une barrière importante pour une partie de la population : On se retrouve avec des factures de 225 à 250 $ par mois [pour les données cellulaires] parce qu’on veut être branché sur le reste du monde.

Moins une priorité en milieu urbain

Le directeur général de Kapuskasing, Guylain Baril, affirme que l’accès à la haute vitesse ne représente pas vraiment un défi pour cette municipalité car la densité de la population est plus élevée que dans d'autres communautés de la route 11.

Il affirme cependant que la Ville soutient les municipalités voisines, comme Moonbeam, dans leurs projets pour brancher les résidents.

Avec les informations de Jean-Loup Doudard

Nord de l'Ontario

Internet