•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'AFPC aurait voulu plus d'argent dans le budget fédéral pour régler les problèmes de Phénix

Magali Picard en entrevue sur le plateau de Radio-Canada.
Magali Picard est la vice-présidente exécutive nationale de l’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC). Photo: Radio-Canada
Angie Bonenfant

L'Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC) soutient que les mesures mises de l'avant dans le quatrième budget du gouvernement libéral pour mettre fin aux problèmes liés au système de paye Phénix sont insuffisantes.

Le budget 2019, présenté par le ministre des Finances Bill Morneau mardi, comprend un investissement supplémentaire de 21,7 millions de dollars pour corriger le système de paye. Or, pour l'AFPC, cette somme est en dessous du montant nécessaire pour atteindre l'objectif.

Bien sûr, on salue les investissements lorsqu'il s'agit de Phénix, mais — je ne veux pas être rabat-joie — les montants annoncés sont loin d'être suffisants pour promettre aux travailleurs de l'État que tout sera réglé dans les prochains mois, a lancé en entrevue la vice-présidente du syndicat, Magali Picard.

On est content de voir l'argent supplémentaire, mais 70 % de l'argent prévu va finir cette année, a renchéri son collègue et directeur des communications de l'AFPC, Riccardo Filippone.

Nous avons besoin d'un plan à long terme, a-t-il martelé. Nous avons besoin d'un investissement qui va continuer de payer du personnel supplémentaire pour régler ces problèmes-là, pour stabiliser le système, pour éliminer les arriérés et pour mettre sur pied un nouveau système de paye.

Il n'y a même pas un calendrier précis pour nous dire quand ces cauchemars-là vont finir pour nos membres.

Riccardo Filippone, directeur des communications de l'AFPC

Ce qu’on sent, c’est que le gouvernement Trudeau n’a pas encore trouvé la solution miracle pour régler les problèmes qui secouent le système de paye Phénix depuis trois ans, a déclaré Mme Picard.

D'où l'importance, selon elle, de tenir une enquête nationale publique qui permettrait d'obtenir des réponses dans le dossier Phénix et de comprendre les causes du fiasco.

Si quelqu’un m’avait dit, en 2016, qu’en 2019 on serait obligés de faire des revendications pour que nos gens soient payés correctement, je ne l’aurais jamais cru.

Magali Picard, vice-présidente de l'AFPC

Le ministre Morneau propose aussi d’investir 523,3 millions de dollars supplémentaires sur 5 ans, à compter de 2019-2020, afin que des ressources adéquates soient consacrées à la résolution des erreurs de paye.

Mme Picard a rappelé qu'à ce jour les contribuables canadiens ont ainsi dépensé 1,5 milliard de dollars pour tenter de régler les problèmes du système de paye. Toutefois, a-t-elle précisé, les actuaires de son syndicat prédisent qu'on va dépenser bien au-delà du 2 milliards lorsque Phénix sera peut-être un jour corrigé.

Ottawa-Gatineau

Politique fédérale