•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Internet haute vitesse : Claire Bolduc déçue du budget fédéral

Claire Bolduc en entrevue dans nos studios de Rouyn-Noranda.
Claire Bolduc, présidente de la Conférence des préfets de l'Abitibi-Témiscamingue Photo: Radio-Canada / Vincent Desjardins
Radio-Canada

La présidente de la Conférence des préfets de l'Abitibi-Témiscamingue est exaspérée par l'inaction du gouvernement fédéral dans le dossier de la desserte d'Internet haute vitesse dans les régions.

C'est ce qu'elle a déclaré quelques minutes après le budget fédéral, déposé mardi soir, à Ottawa.

Claire Bolduc croit que l'investissement sur 10 ans proposé pour brancher les régions est inacceptable.

Selon elle, il existe une fracture numérique entre les régions rurales et les centres urbains.

Cinq milliards sur 10 ans, on en a assez d'attendre, arrêtez de le dire. Je suis arrivée à la présidence de Solidarité rurale en 2008 et on disait déjà qu'il y avait une fracture numérique entre les villes et les régions. En 2008, on disait déjà qu'en 2018, on allait tous être branchés et là en 2019, on dit on va brancher tout le monde en 2030. Ça ne se peut plus, ça n'a pas de bon sens, a-t-elle martelée en entrevue à l'émission Région zéro 8.

La FQM satisfaite

La Fédération des municipalités du Québec, de son côté, a salué cet investissement. Le président, Jacques Demers, souhaite surtout que les efforts de Québec et d'Ottawa se fassent conjointement.

Je pense que c'est réaliste. Avec des montants de cette ampleur-là, on va pouvoir vraiment faire l'ouvrage. Pourvu que les deux gouvernements se mettent ensemble, qu'on ne fasse pas de programmes parallèles, mais qu'on joigne cet argent-là avec celui du provincial sur une base de MRC pour être certain que chaque citoyen est connecté, qu'on ne fait pas juste concentrer les endroits où il y a plus de densité, nuance M Demers.

Abitibi–Témiscamingue

Politique fédérale