•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gestion de l’offre : 3,9 milliards de dollars pour soutenir les agriculteurs

Jasmin Benoit et son père, Gérald, nourrissant les vaches sur leur ferme de l'est de l'Ontario.
Jasmin Benoit et son père, Gérald, ont surveillé de près les annonces touchant les producteurs laitiers dans le budget fédéral. Photo: Radio-Canada / Christine Tremblay
Mélanie Meloche-Holubowski
Sophie-Hélène Lebeuf

À la suite de la récente ratification de l'AECG et du PTPGP, le gouvernement canadien propose dans le budget dévoilé mardi par le ministre des Finances, Bill Morneau, un soutien allant jusqu'à 3,9 milliards de dollars pour les fermiers assujettis à la gestion de l'offre. Les producteurs laitiers sont satisfaits.

Les agriculteurs des secteurs des produits laitiers, de la volaille et des œufs auront accès à un montant pouvant atteindre 2,3 milliards de dollars pour faire face aux conséquences de l’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne et de l’Accord de Partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP).

Le montant total inclut les 250 millions de dollars qui ont déjà été octroyés aux producteurs laitiers pour composer avec les pertes de revenus liées à la signature de l’AECG. Ce programme quinquennal, qui aide les producteurs canadiens de lait de vache à améliorer leur productivité grâce à la mise à niveau de leur équipement, prend fin le 31 mars 2022.

De plus, le gouvernement octroiera 1,5 milliard de dollars pour un programme de garantie de la valeur des quotas qui offrira une protection aux agriculteurs contre la diminution de la valeur des quotas à la vente.

Les producteurs laitiers satisfaits...

Les Producteurs de lait du Québec et les Producteurs de lait du Canada, qui avaient exprimé haut et fort leur mécontentement à la suite de la conclusion des ententes de libre-échange, se sont tous deux réjouis que le gouvernement donne suite à son engagement d'indemniser leur industrie relativement aux effets de l'AECG et du PTPGP.

C’est une bonne nouvelle, par le montant, mais aussi parce que le gouvernement reconnaît les pertes [attribuables aux] accords. […] Mais on n’a pas vu la couleur de l’argent encore.

Bruno Letendre, président des Producteurs de lait du Québec

L'organisme représentant le secteur laitier québécois a dit espérer que le gouvernement serait à nouveau « au rendez-vous » lorsque l'Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM), signé par les trois parties en novembre dernier, serait ratifié.

Selon son pendant canadien, l'impact combiné des concessions accordées en vertu de ces trois accords internationaux représente pour les producteurs laitiers canadiens un manque à gagner de 8,4 % par an.

Les représentants de l'industrie laitière canadienne, qui demandent depuis des mois à Ottawa de compenser les pertes subies, avaient exprimé leurs demandes au gouvernement fédéral lors d'une série de rencontres au cours des dernières semaines.

... l'UPA beaucoup moins

De son côté, l'Union des producteurs agricoles (UPA) juge les 3,9 milliards de dollars annoncés insuffisants pour couvrir les pertes encourues.

Reconnaissant que le budget Morneau identifie plusieurs enjeux importants, notamment la promotion des produits canadiens, la lutte contre la fraude alimentaire et l'accès possible à la résidence permanente pour certains travailleurs étrangers, l'UPA déplore cependant des enveloppes budgétaires trop modestes.

Selon l’organisme, les dépenses budgétaires fédérales en matière d'agriculture sont passées de 5,3 à 2,5 milliards de dollars par année de 2003-2004 à 2019-2020.

Politique fédérale

Politique