•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retrait d’une candidate vedette des conservateurs en raison de propos controversés sur Facebook

Caylan Ford pose pour la photo dans la rue.

L'ex-candidate vedette du Parti conservateur uni, Caylan Ford.

Photo : Caylan Ford/Facebook

Radio-Canada

La candidate du Parti conservateur uni dans Calgary-Mountain View, Caylan Ford, se retire après la publication de messages privés datant de deux ans sur Messenger, dans lesquels elle parlait de traitement inégal réservé aux terroristes suprémacistes blancs.

Selon le site Internet de gauche PressProgress, la conversation Facebook Messenger a eu lieu le 15 août 2017 entre Caylan Ford et sa source, à la suite des émeutes meurtrières à Charlottesville, en Virginie.

Sur PressProgress, la source, à qui le site a accordé l'anonymat, est décrite comme étant un conservateur musulman de longue date ayant des liens profonds avec le parti.

CBC News n’a pas pu vérifier de manière indépendante l’authenticité des messages échangés entre Caylan Ford et la source anonyme.

Dans cet échange, l’ex-candidate aurait déploré le fait que les terroristes suprémacistes blancs reçoivent un traitement inégal par rapport aux terroristes islamistes.

Quand l'auteur est un islamiste, les dénonciations se mêlent avec des affirmations expliquant que ça ne représente pas l'islam et que l'islam est une religion de paix, etc., aurait écrit Caylan Ford.

Quand les terroristes sont des suprémacistes blancs, ce type de réflexion, cette façon de chercher à comprendre les sources de leur radicalisation ou la perversité de leur raisonnement moral est inacceptable, aurait-elle ajouté. Je suis quelque peu attristée par le remplacement démographique des Blancs dans leur propre pays. Il est clair que ce ne sera pas une transition pacifique.

Des conséquences

Lundi soir, après la publication de ces messages par le site PressProgress, Caylan Ford a annoncé sur sa page Facebook qu'elle ne serait pas candidate aux élections.

Pour ne pas devenir une source de distraction dans cette campagne, j'ai décidé de démissionner en tant que candidate dans Calgary-Mountain View, a-t-elle déclaré.

Sans se prononcer sur l'authenticité des messages, Caylan Ford se défend en disant qu'il s'agit de « fragments de conversations » tenus il y a des années, « choisis pour faire un maximum de dommages » à son endroit. Les commentaires publiés, ajoute-t-elle, déforment ses propos et ne reflètent pas ses opinions.

Elle ajoute qu'elle dénonce fermement l'extrémisme et la violence, et qu’elle se tient debout partout avec les communautés marginalisées.

Il est décevant que PressProgress collabore avec un homme qui, depuis plus d'un an, mène une campagne obsessionnelle d'intimidation, de harcèlement et de diffamation contre moi, dit-elle.

PressProgress est affilié à l'Institut Broadbent et se présente comme un organisme de nouvelles progressiste.

Décision collégiale?

Laureen Harper et une partie de l'équipe de campagne pose pour la photo derrière une pancarte de soutien à Caylan Ford

Laureen Harper, épouse de l'ancien premier ministre Stephen Harper, s'est rendue au bureau de campagne de Caylan Ford à Calgary la semaine dernière.

Photo : - / Caylan Ford/Facebook

Le politologue Duane Bratt, de l’Université Mount Royal, estime que Caylan Ford n’a probablement pas pris seule la décision de retirer sa candidature.

Elle dit que ses déclarations ont été extraites de leur contexte (...) Je n'ai aucun doute sur le fait que les responsables du PCU l'ont exhortée à démissionner, dit-il.

Le chef du PCU, Jason Kenney, est apparu avec Caylan Ford dans une vidéo sur sa page Facebook, le mois dernier, la présentant comme une candidate remarquable.

Vous êtes ce que j'appelle la personnification de la nouvelle génération de dirigeants, déclarait-il dans la vidéo en s'adressant à elle.

L’ex-candidate vedette du parti, titulaire d'une maîtrise à Oxford, a également été encouragée la semaine dernière par une visite à son bureau de campagne de Laureen Harper, épouse de l'ancien premier ministre Stephen Harper.

Son retrait de la course est la dernière d'une série d'histoires préjudiciables pour le Parti conservateur uni.

Jason Kenney condamne les propos de l'ex-candidate

Jason Kenney au podium lors d'une conférence de presse, devant deux travailleurs d'usine.

Le chef conservateur Jason Kenney affirme que Caylan Ford a pris la décision de quitter son parti par elle-même.

Photo : CBC

Le chef du Parti conservateur uni, Jason Kenney, a condamné les propos de Caylan Ford dans une conférence de presse mardi. Il affirme qu'il ne peut les expliquer, rappelant que Caylan Ford détient une maîtrise en droits humains de l'Université Oxford. Jason Kenney n'a pas voulu préciser si Caylan Ford demeurait toujours membre du PCU.

La chef néo-démocrate, Rachel Notley, a affirmé, lors d'un rassemblement partisan, mardi matin : Jason Kenney n'est pas raciste, mais le Parti conservateur uni a un problème de racisme. Le chef conservateur s'en est vivement défendu. C'est le parti politique provincial le plus important au Canada, avec 160 000 membres. Nous reflétons la diversité de l'Alberta d'aujourd'hui. Nos candidats d'Edmonton sont plus diversifiés que ceux du NPD dans toute la province.

L'adversaire néo-démocrate de Caylan Ford dans Calgary-Mountain View, Kathleen Ganley, aurait voulu que la démissionnaire présente des excuses, une opinion partagée par le maire de Calgary, Naheed Nenshi. [ Sa lettre de retrait] ne contenait ni expression de regret ni excuses, a-t-il déploré.

Notre dossier sur les élections provinciales 2019 en Alberta

Alberta

Politique provinciale