•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voitures électriques : Ottawa appuie sur l’accélérateur

Les véhicules électriques intéressent de plus en plus les consommateurs.

Une Chevrolet Volt à une borne de recharge.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Lévesque-Boucher

Stéphane Bordeleau

Pour accélérer la transition vers des véhicules plus propres, le gouvernement Trudeau offrira une aide de 5000 $ aux acheteurs d'une voiture électrique ou à hydrogène de moins de 45 000 $, ainsi qu'une déduction fiscale pour les entreprises qui opteront pour ces véhicules. Plusieurs questions restent en suspens.

Le gouvernement Trudeau, qui souhaite ne voir dans les vitrines des concessionnaires canadiens que des véhicules sans émissions de CO2 d’ici 2040, donne un coup de fouet pour stimuler la vente de ces voitures et inciter du même coup les constructeurs à offrir des véhicules électriques à prix plus abordables.

Cette mesure budgétaire de 300 millions de dollars sur trois ans sera en vigueur dès cette année et permettra aux consommateurs qui optent pour une voiture non polluante de moins de 45 000 $ de bénéficier d’une aide de 5000 $, qui s’ajoute aux sommes et incitatifs déjà prévus par les gouvernements provinciaux du pays.

Actuellement, au Canada, le gouvernement de la Colombie-Britannique offre 5000 $ en guise d'incitatif pour l'achat d'un véhicule vert tandis qu'au Québec cette aide atteint 8000 $.

Les entreprises bénéficieront aussi d’une déduction fiscale complète pour l'achat de véhicules non polluants la première année de leur mise en service, jusqu’à une valeur de 55 000 $, y compris la taxe de vente.

Toujours dans l’optique d’inciter davantage d’automobilistes canadiens à franchir le pas du zéro émission, le gouvernement Trudeau s’appuiera sur ses investissements antérieurs en fournissant 130 millions de dollars sur cinq ans à Ressources naturelles Canada pour le développement du réseau de stations de recharge partout au pays.

Une enveloppe de 5 millions de dollars sur cinq ans sera aussi confiée à Transports Canada pour inciter les constructeurs automobiles à offrir des modèles de voitures zéro émission en quantité suffisante pour alimenter le marché canadien.

Plusieurs questions en suspens

Des gens qui regardent une voiture électriqueAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

De plus en plus, les véhicules électriques ont la cote dans les salons de l'auto

Photo : Radio-Canada / Lisa-Marie Fleurent

Or, s'agit-il de mesures qui inciteront vraiment un plus grand nombre de Canadiens à opter pour une voiture électrique? L'expert en électrification et ancien ministre québécois du Développement durable, Daniel Breton, émet certains doutes à ce sujet.

Plusieurs ficelles restent encore à attacher, selon lui, dans ce programme, à commencer par sa date d'entrée en vigueur.

L'incitatif sera-t-il rétroactif aux achats de voitures électriques réalisés au début de l'année 2019 ou n'entrera-t-il en vigueur que plus tard cette année? Aucune information n'était disponible à ce sujet dans les documents budgétaires présentés mardi par le gouvernement Trudeau.

Un flou qui donne des maux de tête aux concessionnaires automobiles qui craignent que les gens ne reportent leurs achats d'automobiles électriques pour profiter du programme si la date de son entrée en vigueur devait être fixée plus tard cette année.

Par ailleurs, a souligné Daniel Breton en entrevue à l'émission Gravel le matin, l'incitatif fédéral perd de son intérêt dans la mesure où les voitures électriques offertes à moins de 45 000 $ sont en général moins performantes que les modèles plus chers, qui affichent actuellement une autonomie nettement plus élevée.

Les voitures électriques à moins de 45 000 $ sont des voitures à petite autonomie, donc de 200 kilomètres et moins, alors que la majorité des nouveaux véhicules sur le marché sont de 350, 400 voire 500 kilomètres, mais qui coûtent en général 46, 48 ou 50 000 $.

Daniel Breton, expert en électrification des transports

Pour ce qui est des voitures à hydrogène dont le prix de détail oscille autour de 70 000 $, aucun modèle actuellement sur le marché ne se qualifie pour le nouvel incitatif du gouvernement Trudeau.

Rappelons qu'Ottawa était le seul gouvernement du G7 à ne pas offrir d'incitatif à l'achat de véhicules électriques depuis l'abolition de cette mesure par le gouvernement de Stephen Harper, il y a 11 ans.

Politique fédérale

Politique