•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 étudiants sur 3 disent avoir été victimes de harcèlement sexuel à l'université

Des étudiants portant des sacs à dos marchent dans un campus universitaire.
Près de 2 étudiants sur 3 disent avoir été victimes d'harcèlement sexuel sur les campus universitaires en Ontario. Photo: Associated Press / Steven Senne
Myriam Eddahia

Un sondage commandé par le gouvernement de l'Ontario révèle que 63,2 % des répondants étudiants à l'université et 49,6 % des répondants du secteur collégial disent avoir subi du harcèlement sexuel sur le campus. La ministre de la Formation et des Collèges et Universités, Merrilee Fullerton, a annoncé des mesures pour lutter contre ce problème en doublant, entre autres, les investissements de la province en ce sens.

Plus de 160 000 étudiants des campus à travers l’Ontario ont répondu à ce sondage sur une base volontaire. La ministre de la Formation et des Collèges et Universités, Merrilee Fullerton, a rendu public un rapport du sondage Avis des étudiants et des étudiantes sur la violence à caractère sexuel 2018 (Nouvelle fenêtre), cette semaine.

La province a annoncé qu'elle doublera ses investissements en la matière pour aider à prévenir la violence à caractère sexuel sur les campus.

Tous les collèges et universités financés par les fonds publics en Ontario devront d'ailleurs réviser leurs politiques en matière de violence à caractère sexuel d'ici septembre 2019.

Notre gouvernement a une politique de tolérance zéro à l'égard des agressions sexuelles, du harcèlement et de toute autre forme de violence dans nos communautés.

Déclaration de la ministre Merrilee Fullerton
Un tableau montrant le pourcentage d'étudiants disant avoir vécu du harcèlement sexuel sur les campus universitaires en Ontario.Agrandir l’image« L’indice d’expérience de harcèlement sexuel met en relief la proportion de répondants au sondage qui ont déclaré avoir subi un ou plusieurs incidents de harcèlement sexuel depuis le début de l’année scolaire 2018-2019. » Photo : Rapport rédigé par CCI Research Inc./ Gouvernement de l'Ontario

Le rapport traite des attitudes et expériences liées à la sécurité et à la violence sexuelle.

Selon le ministère, l'objectif du sondage était de fournir des renseignements liés aux domaines suivants :

  • Connaissance des groupes de soutien et des services aux victimes ainsi que des procédures de signalement des violences sexuelles
  • Perceptions du consentement
  • Incidents de violence à caractère sexuel
  • Satisfaction par rapport à la réponse des établissements au sujet de la violence sexuelle
  • Comportement des témoins

Nos établissements postsecondaires ont la responsabilité de protéger les étudiantes et les étudiants et doivent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour garantir que les campus sont exempts de toute forme de violence à caractère sexuel, a déclaré la ministre Merrilee Fullerton.

Un tableau montrant le pourcentage d'étudiants disant avoir vécu du harcèlement sexuel sur les campus universitaires en Ontario.Agrandir l’image« Les questions portant sur l’expérience de harcèlement sexuel qui ont été posées aux répondantes et répondants portaient sur la fréquence des incidents de harcèlement sexuel depuis le début de leur année scolaire. » Photo : Rapport rédigé par CCI Research Inc./ Gouvernement de l'Ontario

Qui a répondu au sondage?

  • 26,5 % des étudiants universitaires
  • 16,3 % des étudiants des collèges
  • 9,3 % des étudiants des collèges privés d’enseignement professionnel

Pour tenter de prévenir ce comportement au sein des établissements d'enseignement postsecondaire, la ministre a annoncé les mesures suivantes :

  • Exiger que chaque collège et université financé(e) par les fonds publics produise annuellement un rapport à l'intention de son conseil d'administration faisant état d'un certain nombre de mesures relatives aux incidents de violence à caractère sexuel et au soutien apporté aux étudiantes et étudiants qui ont vécu une expérience de violence à caractère sexuel
  • Doubler les investissements du gouvernement au titre de la Subvention pour la sécurité des femmes sur les campus pour 2018-2019
  • Exiger que tous les collèges et universités financés par les fonds publics en Ontario aient un groupe de travail consacré à la lutte contre la violence à caractère sexuel sur les campus

Réactions des établissements scolaires

La Cité collégiale - 47,5 % des 732 répondants disent avoir été victimes de harcèlement sexuel

Le Collège travaillera en collaboration avec le gouvernement de l’Ontario pour mettre en place des mesures visant à protéger nos étudiantes et nos étudiants de la violence à caractère sexuel. Le Collège prendra le temps nécessaire pour analyser les résultats afin de déterminer la nécessité de développer des mesures complémentaires à celles déjà en place.

L'Université Laurentienne - 64,4 % des 1924 répondants disent avoir été victimes de harcèlement sexuel

Nous attendons avec impatience de recevoir des renseignements détaillés sur les attitudes, les croyances et les expériences de nos étudiants afin de continuer à améliorer nos processus (p. ex. les possibilités de formation, d'éducation et de sensibilisation) et nos services de soutien pour assurer à tous un environnement d'apprentissage et de travail sécuritaire.

Le Collège Boréal - 45,2 % des 217 répondants disent avoir été victimes de harcèlement sexuel

Les résultats de ce sondage soulignent l’importance de tout faire pour protéger nos étudiants et apporter un soutien aux victimes de violence à caractère sexuel. Ce sondage étudiant est en ce sens très important et nous remercions ceux et celles qui ont eu le courage d’y répondre. Ces résultats vont nous aider à renforcer nos politiques et nos programmes d’éducation et de formation.

Entre le 16 février 2018 et le 2 avril 2018, les services de du cabinet CCI Research Inc. ont été retenus pour administrer le sondage Avis des étudiants et des étudiantes sur la violence sexuelle au nom du ministère de la Formation et des Collèges et Universités (MFCU) et des établissements d’enseignement postsecondaire participants.

Toronto

Inconduite sexuelle