•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Traverse Matane-Côte-Nord : le navire Apollo au rancart

Les enquêteurs du BST ont passé la journée à bord de l'Apollo.
Les enquêteurs du BST ont passé la journée à bord de l'Apollo lundi. Photo: Radio-Canada
Joane Bérubé

La Société des traversiers du Québec (STQ) met fin à l'utilisation du traversier Apollo à la traverse Matane–Baie-Comeau–Godbout.

Le président-directeur général de la STQ, Stéphane Lafaut, a expliqué que la Société prenait cette décision en raison des coûts associés à la réparation du navire.

Il m’apparaît évident que l’Apollo n’est plus en mesure d’assurer le service.

Stéphane Lafaut, président-directeur général de la Société des traversiers du Québec

Le PDG a annoncé cette conclusion lui-même ce matin au ministre des Transports, François Bonnardel.

Le navire a été payé 2,1 millions de dollars en février dernier pour remplacer le F.-A.-Gauthier, qui est en arrêt depuis décembre dernier et toujours en cale sèche en raison de problèmes de propulsion.

L'Apollo aura été en service moins d'une vingtaine de jours au total.

Nouvel incident avec l’Apollo

La coque de l'Apollo a été endommagée samedi soir à l'accostage, au quai de Matane. Des enquêteurs du Bureau de la sécurité des transports (BST) ont été dépêchés sur les lieux dimanche. Il s’agissait du second incident du genre en à peine trois semaines.

L'analyse du navire a révélé plusieurs problèmes jugés inquiétants par les enquêteurs, à un point tel que le BST a demandé à Transports Canada de s'assurer que le traversier Apollo est en état de naviguer. Le BST a indiqué qu’il avait de sérieuses inquiétudes concernant l'étanchéité de la coque et du pont, le système de volets pare-feu et certains systèmes électriques.

Le traversier Apollo entouré de glaces.L'Apollo, qui effectuait la liaison entre St.Barbe, à Terre-Neuve, et Blanc-Sablon, au Québec. Photo : CBC

Le PDG de la STQ s’est dit surpris des commentaires du BST et estime tout de même que l'achat du navire était le bon choix à faire. Je suis, comme plusieurs, déçu de la tournure des événements, a commenté M. Lafaut.

Il a rappelé que la STQ a acheté un navire qui était en fonction et certifié par les autorités accréditées. C’était aussi le seul navire disponible, a ajouté M. Lafaut.

La Société a aussi réalisé de nombreuses réparations et procédé à des vérifications avant de l'utiliser pour la traverse entre Matane et la Côte-Nord. Tous les problèmes soulevés par Transports Canada ont été réparés, a aussi spécifié le PDG de la STQ.

Le ministre des Transports François Bonnardel rappelle lui aussi que Transports Canada avait donné son aval et considérait que le bateau pouvait naviguer. Il s’agit maintenant de trouver des mesures de mitigation pour assurer aux usagers de Matane, de Baie-Comeau, de la Côte-Nord, de la Gaspésie, un service adéquat. Je les remercie de leur patience. Ce n’est pas facile ce qui se passe. Je mesure jusqu’à quel point c’est un transport important. C’est leur autoroute pour voyager.

La facture totale de la saga entourant l’Apollo s’élève maintenant à 3,5 millions de dollars, a admis la STQ.

La note pourrait être encore plus élevée si la STQ ne trouve aucun acquéreur ou aucune solution pour recycler le navire.

La poupe du bateau avec une zone plus foncée, qui marque la réparation.Les soudeurs ont réparé le trou causé à la poupe par l'impact du navire sur le quai de Godbout. Photo : Radio-Canada / Luc Paradis

À titre comparatif, la Société avait dû payer 2,3 millions pour que soit démantelé le Camille-Marcoux, l’ancien traversier de la traverse Matane-Côte-Nord, un navire de taille et d’âge semblables. On n’a pas l’intention a priori de conserver le navire. Ce sera des choses qui seront analysées au cours des prochains jours avec mon équipe. On va essayer d’en tirer le maximum , a commenté Stéphane Lafaut.

Retour du CTMA Voyageur

La STQ affrétera le CTMA Voyageur à compter du 21 mars. Le navire effectuera deux allers-retours par jour, trois jours par semaine, soit du jeudi au samedi inclusivement. La priorité sera accordée au transport par camion.

Les passagers seront transportés par avion à partir de Mont-Joli. Le service aérien sera offert pour une durée indéterminée.

La Société des traversiers est aussi en discussion avec les autres services de traversiers entre les deux rives du Saint-Laurent afin de voir s’ils peuvent avancer leur entrée en fonction pour la saison estivale.

La STQ négocie toujours l’achat d’un bateau de relève. Le navire convoité a déjà été inspecté, a indiqué le PDG.

Le prochain bateau pourrait prendre la relève pour la prochaine saison touristique. C’est notre but, a confirmé Stéphane Lafaut, qui ne garantit toutefois rien. Il souligne qu’il y a beaucoup de travail à effectuer d’ici là.

Quant aux travaux pour remettre en service le F.-A.-Gauthier en bon état de fonctionnement, ils sont toujours en cours. Le traversier, construit en 2015, est toujours en cale sèche. Il pourrait être de retour en fonction au mois d’août ou plus tard. On prendra le temps que ça prend pour redonner un navire pleinement fonctionnel, a déclaré M. Lafaut. Le PDG a indiqué que les recherches pour trouver la source des problèmes du navire n’étaient toujours pas terminées.

Bas-Saint-Laurent

Transports