•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Investissement demandé pour multiplier les composteurs communautaires

L'organisme Craque-Bitume compte un douzaine de sites de compostage communautaire à Québec.
Une affiche d'un site de compostage communautaire à Québec Photo: Radio-Canada / Léa Beauchesne
Maxime Corneau

La demande pour des composteurs communautaires a explosé à Québec dans les derniers mois. Près de 2000 personnes attendent une place dans le programme municipal.

C’est l’organisme Craque-Bitume qui supervise l’exploitation des 21 composteurs communautaires sur le territoire de la ville de Québec. Si 400 personnes attendaient leur place dans le programme l’automne dernier, elles sont maintenant 2000 sur la liste d’attente.

« C’est gratifiant de voir cet engouement-là. Mais ça fait en sorte qu’il y a beaucoup d’attente et de frustration », lance Claude Labonté, chargé de projet en compost urbain pour l’organisme.

Selon M. Labonté, l'organisme qui reçoit des subventions récurrentes de la Ville de Québec aurait besoin de 75 000 $ de plus pour répondre à la demande. Cette subvention supplémentaire demandée à la Ville permettrait de doubler le nombre de sites de compostage.

Présentement, 1200 personnes participent au compostage communautaire à Québec. Après avoir suivi une formation, ces citoyens ont accès à des bacs de compostage où ils peuvent déposer leurs matières organiques.

Craque-Bitume s’assure ensuite de l’entretien et du bon déroulement de l’opération.

Et si l’augmentation de l’attente paraît énorme, M. Labonté s’attend à une autre vague de citoyens intéressés avec l’arrivée du printemps.

« Cette liste va encore augmenter. Ce n’est pas fini », assure-t-il.

La Ville de Québec avait annoncé en septembre dernier une subvention de 42 000 $ qui avait permis la création de 10 nouveaux sites de compostage. Malgré cette annonce, la liste d’attente ne fait que s’allonger.

Des projets hors centre-ville

Les 21 sites gérés par Craque-Bitume se retrouvent actuellement dans les quartiers centraux. Or, des citoyens en périphérie du centre-ville sollicitent maintenant l’organisme pour des projets.

C’est le cas d’Isabelle Gagnon, une résidente de Cap-Rouge. Elle a rassemblé une soixantaine de ses voisins qui espèrent aujourd’hui avoir un site dans leur secteur.

Elle aimerait que la Ville augmente les budgets donnés à Craque-Bitume. « Je regarde le Centre Vidéotron, ça n’a pas traîné, il y avait une volonté. Le compost, ça n’intéresse pas le maire », estime-t-elle.

Si ce n’est pas à travers les deniers donnés à Craque-Bitume, elle aimerait que la Ville intervienne pour le projet de son groupe.

« Il faut que la Ville subventionne Craque-Bitume ou qu’elle nous offre un service équivalent », conclut-elle.

La Ville de Québec prévoit avoir son usine de biométhanisation en 2022, un site qui permettra de traiter les déchets compostables sur son territoire. L’organisme Craque-Bitume espère toutefois que de nouveaux sites de compostages communautaires seront développés d’ici là.

« Ce n’est pas une excuse d’attendre. Le problème de l’environnement, c’est maintenant », note Claude Labonté.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle elle a doublé le nombre de sites en 2018. Avec un total de 22 sites désormais implantés sur son territoire, la Ville de Québec est l’une des plus actives dans ce domaine d’activités dans toute la province.

Réaction de la Ville

Par courriel, la Ville de Québec indique avoir investi 300 000 $ dans le compostage communautaire depuis 2006.

« Malgré tout, la demande citoyenne pour de tels sites continue d’être grande et la Ville de Québec en est pleinement consciente. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle elle a doublé le nombre de sites en 2018 », a affirmé Mireille Plamondon, conseillère en communication.

Québec

Environnement