•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Boeing 737 MAX 8 à Windsor : un député fédéral s'inquiète

L'empennage-arrière de deux avions 737 MAX de Boeing
Deux Boeing 737 MAX 8 sur le tarmac d'un aéroport international Photo: Associated Press / Ted S. Warren
Radio-Canada

Un député fédéral de Windsor s'interroge sur les risques possibles liés à la présence de plusieurs Boeing 737 MAX 8 garés sur le tarmac de l'aéroport international de Windsor (YQG) depuis que l'appareil a été banni du ciel canadien après l'écrasement d'un avion d'Ethiopian Airlines.

Le député néo-démocrate de Windsor-Ouest, Brian Masse, souhaite entre autres savoir si des réparations supplémentaires seront effectuées sur les avions avant leur prochain décollage.

Il dit craindre que des problèmes mécaniques puissent constituer un danger pour les personnes vivant dans les quartiers proches de l’aéroport.

Un homme en veston avec des feuilles dans les mains au milieu de la neige dehors. Le député de Windsor Ouest, Brian Masse. Photo : Radio-Canada / Jason Viau/CBC News

La communauté a des questions et c’est tout à fait légitime avec ce qui s’est passé, affirme M. Masse, faisant référence à l’écrasement d’un appareil Boeing MAX 8 d’Ethiopian Airlines, qui a fait 157 morts le 10 mars dernier.

M. Masse a soumis ses questions au ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, dans une lettre envoyée le 14 mars dernier. L’élu fédéral souhaite également savoir si d’autres Boeing 737 MAX 8 sont attendus à l'aéroport international de Windsor (YQG).

M. Masse n’a reçu aucune réponse du ministre pour l'instant.

Dans une déclaration écrite envoyée à Radio-Canada, M. Garneau a confirmé qu'il répondra à la lettre de Brian Masse dans un délai raisonnable.

Je suis extrêmement déçu. [...] Cela démontre encore une fois que le ministre n’est pas engagé dans la communauté.

Brian Masse, député fédéral de Windsor-Ouest

Selon le député, cette absence de réponse reflète la réaction lente d'Ottawa qui n'a fermé l'espace aérien canadien aux appareils Boeing 737 MAX 8 que le 13 mars dernier, alors que plusieurs autres pays avaient pris la même décision la veille.

Le conseiller municipal de Windsor Kieran McKenzie partage les mêmes inquiétudes.

La plus grande chose qui m'inquiète, c'est la sécurité dans la communauté et le bon déroulement des opérations de l'aéroport, dit-il.

Selon le conseiller municipal, l'aéroport de Windsor a une capacité limitée pour l'entreposage d'avions.

Des Boeing 737 entreposés à Windsor

Ce sont quatre Boeing 737 MAX 8 qui sont stationnés à l’aéroport de Windsor depuis le 13 mars dernier.

Les appareils 9001, 9002 et 9003 du transporteur Sunwing provenaient tous de Toronto.

Ils ont été amenés à Windsor après l’annonce du ministre Marc Garneau de l’immobilisation au sol de tous ces modèles et leur interdiction de pénétrer dans l’espace aérien canadien jusqu’à nouvel ordre.

Selon la compagnie aérienne Sunwing, les quatre avions sont placés à l'aéroport international de Windsor pour le moment.

La compagnie précise aussi avoir un accord en vigueur avec un entrepreneur en maintenance.

Selon Sunwing, l’avis de fermeture de l’espace aérien publié par Transports Canada suspendant l’utilisation de Boeing 737 MAX 8 autorisait le déplacement de l’aéronef en vue de son repositionnement.

Nous avons effectué quatre vols de traversier pour amener ces avions à Windsor la semaine dernière; tous pilotés par un équipage expérimenté.

Déclaration écrite de Sunwing transmise à Radio-Canada

La semaine dernière, un porte-parole de Sunwing Airlines a déclaré à CBC/Radio-Canada qu'un des vols n'était pas un vol commercial, mais un vol de convoyage pour positionner l'avion à Windsor.

La direction de l’aéroport de Windsor a refusé de commenter le dossier.

Windsor

Politique fédérale