•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de deux fois plus d'appels au 311 cette année pour des nids-de-poule à Gatineau

Deux pelles qui aplatissent l'asphalte

Le nombre de demandes pour réparer les nids-de-poule a explosé cette année à Gatineau.

Photo : Associated Press / Carlos Osorio

Radio-Canada

Le nombre de requêtes au centre d'appel 311 concernant les nids-de-poule a presque doublé depuis le début de l'hiver à Gatineau par rapport à la même période l'an dernier.

Selon les chiffres de la Ville de Gatineau, le nombre d'appels reçus entre le 1er janvier et le 18 mars de chaque année est passé de 1809 en 2018 à 3438 cette année, une hausse de 90 %.

En date du 18 mars, la Municipalité avait colmaté 13 646 nids-de-poule depuis le début janvier. L'an dernier, sur une période de 12 mois, les employés municipaux avaient colmaté 53 514 nids-de-poule.

Une porte-parole de la Ville de Gatineau a affirmé dans un courriel que la Municipalité est proactive en matière de gestion des trous dans la chaussée.

À l'année, deux à trois équipes, et neuf équipes pendant le printemps, sillonnent 2850 km de voies pour réparer les nids-de-poule de manière préventive, tout en répondant aux requêtes formulées au 311, a écrit Bianca Paquette.

Un nid-de-poule devient viral

Une vidéo publiée sur Facebook vendredi montre un homme en train de « pêcher » dans un large nid-de-poule du secteur de Buckingham. Au moment d'écrire ces lignes, la publication avait été visionnée plus de 375 000 fois et partagée à près de 7000 reprises.

Le « pêcheur », Mario Monast, a demandé à ce que la Ville de Gatineau soit plus proactive en ce qui a trait au colmatage. Il a d’ailleurs dit avoir reçu des messages de soutien d’un peu partout en province.

Notre but, c’était vraiment d’avoir du plaisir [...] mais c’est sûr qu’on voulait passer un message, a soutenu M. Monast en entrevue à Radio-Canada.

Le nid-de-poule en question a depuis été réparé par la Ville de Gatineau, a précisé la conjointe de M. Monast, Crystal Miller-Miville.

Le conseiller municipal du district de Buckingham, Martin Lajeunesse, a mentionné que la situation est difficile partout en ce qui concerne les nids-de-poule.

Ce n'est pas parce qu'on rit que c'est drôle.

Martin Lajeunesse, conseiller du district de Buckingham

L'élu a déclaré que des équipes travaillent jour et nuit pour colmater les trous sur le territoire de Gatineau. Il invite les citoyens à continuer de signaler les nids-de-poule aux autorités municipales.

Par ailleurs, la Ville a rappelé, dans un courriel, que les nids-de-poule sont un phénomène récurrent et inévitable occasionné par le gel et le dégel du sol.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Ottawa-Gatineau

Infrastructures