•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le cannabis est à l’ordre du jour de l’industrie touristique

Une petite affiche indique que tout client qui fume du cannabis dans sa chambre devra payer 250 $ en frais de nettoyage.
Les propriétaires peuvent permettre ou interdire à leurs clients de fumer du cannabis dans leur établissement. Photo: CBC/Kate Porter
Radio-Canada

Tourisme Île-du-Prince-Édouard a invité une avocate pour renseigner les propriétaires d'hôtels, d'auberges et de gîtes en prévision de la première saison touristique estivale depuis la légalisation du cannabis aux fins récréatives.

Il est important pour les entreprises touristiques de se familiariser avec les règles pour savoir comment gérer, limiter ou permettre la consommation de cannabis, souligne l’avocate Jessica Gillis, du cabinet Cox & Palmer.

Le gouvernement laisse une grande marge de manoeuvre aux propriétaires d’hébergement quant à déterminer comment le cannabis peut être consommé ou non dans leur établissement ou dans un local désigné pour cela à l’intérieur ou à l’extérieur du bâtiment, explique Me Gillis.

Je pense que de laisser savoir aux gens [de l’industrie] qu’ils ont des options et ils peuvent choisir de permettre ou de restreindre l’usage spécifiquement à l’intérieur des chambres de l’hôtel, explique Mme Gillis.

Il importe aussi de bien communiquer les règles à la clientèle. Par exemple, souligne-t-elle, il n’existe pas un droit de consommer du cannabis. Cette consommation n’est simplement plus illégale.

Les participants assis à des tables écoutent la conférencièreAgrandir l’imageEnviron 25 personnes participent à une séance d'information concernant le cannabis dans le milieu du tourisme à Summerside, mardi. Photo : Radio-Canada / Julien Lecacheur

Les lois du fédéral et du provincial en la matière sont encore nouvelles et elles n’ont pas encore été contestées en cour. Il y a donc une place pour une certaine interprétation à ce moment, selon elle, et il est difficile d’en parler avec certitude.

Des citoyens peuvent être d’accord avec une interprétation des lois, mais d’autres peuvent les interpréter différemment, explique l’avocate. Lorsque c’est le cas, il faut attendre que les tribunaux tranchent la question.

Une session d'information sur le cannabis était incontournable, à quelques mois du début de la saison touristique. Ils ont besoin de plus d'éducation à ce sujet, c'est vital avant la nouvelle saison, pense le porte-parole de l'Association de l'industrie du tourisme de l'Île-du-Prince-Édouard, Kevin Mouflier.

Jessica Gillis anime une série de séances d’information du genre à l’intention de l’industrie touristique. L’activité est commanditée par Tourisme Île-du-Prince-Édouard et l’association provinciale de l’industrie touristique.

Avec les informations de CBC

Île-du-Prince-Édouard

Tourisme