•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attente aux urgences en N.-É. : les foyers de soins de longue durée doivent en faire plus

Affiche indiquant la direction de l'urgence d'un hôpital.
Entrée de l'Infirmerie d'Halifax. Photo: La Presse canadienne / Andrew Vaughan
Radio-Canada

Un cadre supérieur de la Régie de la santé de la Nouvelle-Écosse a rencontré les administrateurs d'une vingtaine de foyers de soins de la région d'Halifax la semaine dernière, pour leur demander d'en faire plus afin de réduire l'attente dans les urgences des hôpitaux de la province.

La cadre en question, Tim Guest, a ensuite envoyé une note de service aux 136 établissements de soins de longue durée de la province et aux 30 agences de soins à domicile. Il fait une liste des façons dont ils peuvent contribuer à réduire l’attente aux urgences.

Notamment, ils doivent appeler les hôpitaux locaux avant d’y envoyer des résidents et limiter le nombre de fois qu’ils refusent de reprendre un résident après un séjour à l’hôpital. Tim Guest termine sa note par un avertissement : les résidents transférés à l’hôpital et n’ayant pas besoin de soins urgents seront renvoyés dans leur foyer.

Des centaines de patients en attente

Chaque année, des centaines de résidents d’établissements de longue durée sont transférés dans des centres hospitaliers afin d’obtenir des soins de santé. Le nombre fluctue d’une année à l’autre, passant de 1506 en 2015-2016, à 1354 en 2016-2017 et à 1510 en 2017-2018.

Le directeur financier de GEM Health Care Group, un réseau de foyers de soins, réfute l'idée que des établissements envoient des résidents à l’hôpital sans bonne raison. Ce ne sont jamais des décisions frivoles, affirme James Balcom.

La directrice des soins de santé pour GEM, Bobbi Rose, partage cette opinion. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour éviter d’envoyer des patients à l’hôpital, dit-elle. Nous connaissons la situation dans les urgences et nous ne voulons pas alourdir l’achalandage pour rien.

Mais si des clients ont absolument besoin de soins de santé, en tant que professionnels, nous nous assurons qu’ils obtiennent les services nécessaires.

Refus de reprendre des résidents

En 2015, 51 patients n’ont pas pu retourner dans leur foyer de soins après avoir obtenu leur congé de l’hôpital. Il y en a eu 100 en 2016. La Régie de la santé de la Nouvelle-Écosse indique que les raisons de ces refus sont multiples et incluent des questions de sécurité, l’impossibilité d’offrir certains soins aux patients et la pénurie de personnel.

Le résident d'un foyer de soins utilise sa marchette. Les foyers de soins refusent parfois de reprendre leurs résidents après un séjour à l'hôpital. Photo : Radio-Canada / CBC

La directrice des soins de santé primaires à la régie, Madonna MacDonald, affirme que la clé est une meilleure communication entre les établissements. En coordonnant les soins, il y a peut-être des moyens de mieux soigner les patients sans qu’ils se rendent à l’urgence, affirme-t-elle.

En toute bonne foi, les gens vont à l’urgence parce qu’ils pensent que c’est là qu’ils obtiendront les meilleurs services et parfois, ce n'est pas le cas, dit-elle. Nous voulons que tous les intervenants comprennent à quel point les urgences sont occupées.

Avec les informations de Jean Laroche, de CBC

Nouvelle-Écosse

Hôpitaux