•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des infirmières ne sont pas assurées d’avoir des vacances cet été

Des infirmières passent dans un couloir d'un hôpital de Winnipeg.
Des infirmières de la Nouvelle-Écosse sont dans l'incertitude quant à l'approbation des vacances estivales. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Deux hôpitaux de la Nouvelle-Écosse mettent en veilleuse les demandes de vacances estivales pour les infirmières. La pénurie est telle que la Régie de santé de la Nouvelle-Écosse ne peut pas approuver les vacances pour le moment.

La directrice de santé intégrée pour les hôpitaux ruraux de la Régie de santé de la Nouvelle-Écosse, Angela MacArthur, a envoyé une notice aux infirmières de l’hôpital Guysborough Memorial et l’hôpital Eastern Memorial vendredi.

Nous allons continuer à travailler sur les requêtes et aviser les infirmières quand nous pourrons approuver leurs vacances aussitôt que possible, affirme Mme MacArthur dans la lettre, qui a circulé abondamment sur les réseaux sociaux.

Nous réalisons que ce n’est pas idéal, mais nous continuerons à travailler pour allouer des vacances de manière opérationnelle, poursuit-elle. Une porte-parole pour la Régie de santé a précisé que du recrutement de personnel est en cours.

À l’hôpital Eastern Memorial, situé à Canso, trois postes sont affichés pour des infirmières immatriculées. Deux infirmières auxiliaires sont déjà en processus d’embauche. À l’hôpital Guysborough Memorial, trois postes sont affichés pour des infirmières immatriculées et deux pour des infirmières auxiliaires.

Le recrutement d’infirmières est un processus constant qui se poursuit tous les jours à la Régie de santé de la Nouvelle-Écosse, indique la porte-parole Carla Adams, dans un courriel. Ce sont les deux seuls hôpitaux où les enjeux de recrutement compromettent les vacances estivales, assure-t-elle.

Pénurie d'infirmières

La présidente du syndicat des infirmières de la Nouvelle-Écosse, Janet Hazelton, croit que l’enjeu de l’embauche dans les hôpitaux ruraux de la province s'aggrave. Ça a toujours été difficile, convient-elle.

Un nouveau système pour l’approbation des congés, mis en place avec le plus récent contrat de travail des infirmières, pose des problèmes à l’employeur, explique Mme Hazelton.

Là où le recrutement est le plus difficile, les hôpitaux offrent même des bonus à l’embauche. Si tu n’as pas de pénurie, pourquoi payer des bonus au recrutement, questionne Mme Hazelton.

La porte-parole Carla Adams précise que la Régie de santé tente d’embaucher 350 infirmières immatriculées, d’après les projections de leurs besoins au cours des 12 prochains mois. Même en embauchant toutes les infirmières disponibles, ce ne serait toujours pas suffisant, admet-elle.

Avec les informations de CBC

Nouvelle-Écosse

Emploi