•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les syndicats d'enseignants de l'Ontario craignent des pertes d’emplois

Des élèves du secondaire vus de dos dans une classe  à la hauteur des jambes et des pieds, de manière à ne pouvoir les identifier.
Les syndicats d'enseignants craignent des pertes d’emplois. Photo: Radio-Canada / Frédéric Lacelle
Radio-Canada

Différents syndicats d'enseignants, à la fois de l'élémentaire et du secondaire, s'inquiètent des pertes d'emplois qu'occasionnerait la refonte du système d'éducation annoncée la semaine dernière par le gouvernement progressiste-conservateur de Doug Ford.

Selon Rémi Sabourin, président de l'Association des enseignants francophones de l'Ontario (AEFO), jusqu'à 300 postes devraient disparaître dans les écoles secondaires francophones de l'Ontario d'ici la fin de l'implantation de la réforme de l'éducation proposée par le gouvernement de Doug Ford.

Ces chiffres sont des estimés préliminaires, tempère toutefois Rémi Sabourin.

Il ajoute que ces pertes seraient liées au fait de ne pas combler les postes à la suite des départs à la retraite et d'éventuelles démissions.

Rémi Sabourin répond aux questions d'un journaliste dans son bureau.Rémi Sabourin, président de l’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens. Photo : Radio-Canada

On comprend aujourd’hui qu’au lieu de remplacer ces gens-là, on va réorganiser le tout pour s’assurer qu’il y aura pas d’embauche à la suite des décisions qui viennent d’être prises par le gouvernement au niveau secondaire, et donc on pense qu’il y a des postes qui vont disparaître, explique M. Sabourin.

Il n'y aura pas de pertes d'emplois volontaires, a rétorqué la ministre de l'Éducation, Lisa Thompson, lundi.

Lisa Thompson au microphoneLa ministre de l'Éducation a annoncé une réforme majeure du système d'éducation en Ontario Photo : Radio-Canada

Si un enseignant prend sa retraite et que cet emploi n’est pas pourvu, c’est une perte d’emploi, s’est indigné Marit Stiles, la critique en matière d’éducation du Nouveau Parti démocratique (NPD) de l’Ontario.

Plus de jeunes, moins d'adultes?

Mais ces disparitions seraient également liées à l’augmentation du nombre d’élèves par classe ainsi qu’à l’offre de certains cursus en ligne.

Dans le cadre du nouveau plan d'éducation du gouvernement, l'effectif moyen des classes de la 9e à la 12e année du secondaire passera de 22 à 28 élèves.

L’augmentation du nombre d'élèves par classe de la 4e à la 8e année et au secondaire se traduira par une réduction d’environ 4 500 postes d’enseignant chaque année pour les quatre prochaines années, selon le personnel du ministère de l’Éducation, dénote pour sa part un communiqué de la Fédération des enseignantes et des enseignants de l’élémentaire de l’Ontario (ETFO).

Si on prend l’exemple d’une petite école secondaire de 700 élèves, le changement proposé de la taille des classes de 22 à 28 élèves pour un enseignant représente une réduction de sept enseignants, explique la Fédération des Enseignants de l’Ontario (FEO).

Nous allons travailler avec les conseils scolaires dans les prochaines semaines, et nous sommes impatients de nous entretenir directement avec eux et de les entendre sur ce qui concerne le nombre de départs à la retraite, de redéploiements, de démissions, etc., a commenté la ministre de l'Éducation, Lisa Thompson.

À l’heure actuelle, nous attendons de travailler avec les conseils scolaires pour évaluer les chiffres, a-t-elle ajouté.

Avec les informations de Jean-François Morissette

Toronto

Politique provinciale