•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Caisse de dépôt crée un fonds consacré à l'intelligence artificielle

Une illustration en trois dimensions représentant un buste bleu dont le haut du crâne a été retiré pendant qu'une pluie de billes lumineuses lui tombe dessus.

Le nouveau fonds de la Caisse disposera de réserves de capital de l'ordre de 250 millions de dollars.

Photo : iStock / Just_Super

La Presse canadienne

La Caisse de dépôt et placement du Québec a annoncé lundi la création d'un nouveau fonds d'investissement de 250 millions de dollars destiné à soutenir les entreprises québécoises spécialisées en intelligence artificielle (IA).

Le Fonds CDPQ-IA, piloté par l'équipe Capital de risque et technologies de la Caisse, vise à propulser la croissance des entreprises dont l'offre de produits repose sur le développement de l'IA et à accélérer la commercialisation de solutions en intelligence artificielle.

Les investissements seront réalisés dans des entreprises qui ont déjà mis en place un solide modèle d'affaires et démontré qu'elles ont une capacité de soutenir une forte croissance. Elles devront en outre avoir une équipe de direction bien établie et une équipe dévouée et expérimentée en intelligence artificielle.

Ces dernières années, la Caisse a procédé à des investissements dans des fonds de capital de risque qui ciblent notamment des entreprises spécialisées en IA.

Le nouveau fonds permettra à l'institution de soutenir le développement des entreprises les plus prometteuses issues de ces fonds lorsqu'elles atteindront la phase de croissance, a-t-elle expliqué dans un communiqué.

La stratégie de la Caisse consistant à investir conjointement avec des fonds de capital de risque a débouché sur certains investissements directs dans des entreprises du secteur de l'intelligence artificielle, notamment Hopper, TrackTik et Breather, a rappelé le gestionnaire de fonds de retraite. Le Fonds CDPQ-IA devrait permettre de réaliser de nouvelles opérations du genre, estime la Caisse.

Intelligence artificielle

Économie