•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget fédéral : de grosses attentes en Abitibi-Témiscamingue

Justin Trudeau a participé à une table ronde à l'invitation de la Conférence des préfets de l'Abitibi-Témiscamingue.

Justin Trudeau a participé à une table ronde à l'invitation de la Conférence des préfets de l'Abitibi-Témiscamingue.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Piel Côté

Forts d'une visite à Ottawa au cours des dernières semaines, les élus de l'Abitibi-Témiscamingue ont des attentes élevées en lien avec le budget fédéral. Plusieurs acteurs du développement socio-économique s'attendent également à beaucoup de la part du dernier budget du gouvernement Trudeau avant les élections de l'automne.

Ottawa a annoncé un vaste programme d'infrastructures, mais celui-ci se fait attendre. Les élus de la région, à commencer par la présidente de la Conférence des préfets de l'Abitibi-Témiscamingue, Claire Bolduc, souhaitent des résultats concrets.

La première des infrastructures pour laquelle on a des attentes très importantes, ça concerne la desserte Internet haute vitesse. Nous avons des attentes claires sur cette desserte, des attentes jusqu'au dernier kilomètre couvert, lance Mme Bolduc.

C'est important pour des régions comme la nôtre, ajoute-t-elle.

Elle espère beaucoup plus que des programmes d'aide. On en a assez des programmes. Il y en a eu plusieurs et nous sommes toujours en train de faire un petit bout de chemin, mais il y a un signal majeur qui doit être envoyé par le gouvernement fédéral.

Pénurie de main-d'oeuvre

Dans le milieu des affaires, le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Rouyn-Noranda, Jean-Claude Loranger souhaite qu'Ottawa fasse des efforts pour réduire les impacts de la pénurie de main-d'oeuvre.

Il faudra s'assurer que le fédéral et le provincial accordent leurs violons pour que les gens d'affaires puissent bénéficier rapidement d'une main-d'oeuvre en provenance de l'extérieur, dit-il.

Les entreprises, selon lui, vivent une baisse de productivité en raison de cet enjeu. Plusieurs n'acceptent pas de nouveaux contrats ou ne soumissionnent pas pour de nouveaux, car elles ont peur d'être victimes de bris de service, estime M. Loranger.

Soulager les payeurs de taxes

Toujours à Rouyn-Noranda, la mairesse Diane Dallaire s'attend à ce que les payeurs de taxes soient soulagés, car les impôts fonciers ne peuvent pas être augmentés davantage. Les Villes ne peuvent pas en demander plus aux citoyens, dit-elle.

Les gens ne peuvent pas payer plus. Il faut, pour répondre aux besoins des citoyens, que les gouvernements, le fédéral entre autres, contribuent davantage. On en demande de plus en plus aux municipalités, alors il faut que l'argent suive les responsabilités qui nous sont confiées.

Le directeur général du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue, Sylvain Blais, entretient quant à lui de l'espoir en lien avec la mise en place du futur complexe multisport de Rouyn-Noranda.

Abitibi–Témiscamingue

Politique fédérale