•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une enquête publique réclamée sur la course à la direction du Parti conservateur uni

Happy Mann en entrevue
Happy Mann affirme que son rôle était de convaincre la communauté indienne albertaine de ne pas appuyer Brian Jean. Photo: Dan McGarvey
Audrey Neveu

Un ex-candidat du Parti conservateur uni, qui affirme avoir travaillé sur la « campagne kamikaze » de Jeff Callaway lors de la course à la direction du PCU, en 2017, appelle le gouvernement albertain à lancer une enquête publique pour faire la lumière sur ce stratagème.

Hardyal Singh Mann, surnommé « Happy Mann », affirme avoir participé à une réunion, le 19 juillet 2017, à la résidence de Jeff Callaway, en compagnie de Jason Kenney et d’autres proches du Parti conservateur uni. C’est lors de cette réunion qu’ils auraient décidé que Jeff Callaway se lancerait dans la course à la direction du Parti conservateur uni dans le but de discréditer un autre candidat, Brian Jean, puis de se retirer peu de temps avant le vote pour appuyer Jason Kenney.

Happy Mann dit maintenant vouloir assumer la responsabilité de sa participation au stratagème et appelle le chef du PCU, Jason Kenney, à faire de même.

Arrêtez de le nier, arrêtez de mentir aux Albertains. Admettez votre responsabilité comme je l’ai fait.

Happy Mann

Lors de la rencontre du 19 juillet 2017, Happy Mann a demandé à ses collaborateurs d’où proviendraient les fonds pour financer la campagne de Jeff Callaway. On lui a répondu de ne pas s’en inquiéter.

« Kenney pointe du doigt des bénévoles de campagne [pour ce qui est du plan d’un "candidat kamikaze"] mais la réalité est différente », affirme Happy Mann. « La réalité est que, oui, tout a été planifié lorsque Kenney était présent. »

Happy Mann réclame une enquête publique sur cette affaire et demande à Jason Kenney et à ses collaborateurs de décrire, sous serment, leur plan pour attaquer Brian Jean.

« Jusqu’à ce qu’une enquête publique soit ouverte, personne ne va se porter volontaire pour témoigner sous serment », estime Happy Mann. L’ancien candidat du PCU croit maintenant que l'idée une « campagne kamikaze » était une erreur.

Ses commentaires confirment les informations contenues dans une série de documents obtenus par CBC, qui démontrent que l'équipe de campagne de Jason Kenney a fourni des ressources à celle de Jeff Callaway.

Jason Kenney se défend

Jason Kenney s’est à nouveau défendu lundi, disant que son équipe de campagne n'avait pas collaboré avec celle de Jeff Callaway pour discréditer Brian Jean. Jason Kenney affirme qu’il a rencontré Jeff Callaway, le 19 juillet 2017, pour lui demander son appui politique et non pour l’encourager à se lancer dans la course à son profit.

Il ajoute qu’il n’était pas au courant que les équipes échangeaient des documents, tout en soutenant que « le fait que deux campagnes politiques communiquent n’a rien d’inhabituel ». Jason Kenney dit qu’il est prêt à répéter sa version des faits sous serment.

Jeff Callaway et Jason Kenney se serrant la mainJeff Callaway a annoncé mercredi qu'il se retire de la course à direction du Parti conservateur uni et se rallie à Jason Kenney Photo : Campagne de Jason Kenney

Le chef conservateur dit que Happy Mann déforme les conversations qu’il a eues avec Jeff Callaway et Derek Fildebrandt. Ce dernier a déjà raconté avoir été approché par Jason Kenney au début de l’été 2017 pour être ce « candidat kamikaze », mais assure avoir rejeté rapidement l’idée.

Jeff Callaway a aussi nié avoir collaboré à une « campagne kamikaze ».

La Gendarmerie royale du Canada a pris le relais de l’enquête du commissaire aux élections de l’Alberta concernant des contributions financières irrégulières à la campagne de Jeff Callaway. Happy Mann affirme qu’il a fourni aux autorités les documents liés à son don et à celui de deux autres membres de sa famille à Jeff Callaway.

Happy Mann ne veut pas dévoiler la source de ses dons à Jeff Callaway

Happy Mann souligne que, tant qu’une enquête est en cours, il ne peut pas dire si, oui ou non, il a utilisé son argent personnel pour financer la campagne de Jeff Callaway.

Que ce soit mon argent ou non, je l’ai déjà dévoilé au commissaire aux élections. Peu importe quelle est la vérité, je l’ai dite aux autorités.

Happy Mann

Happy Mann soutient qu’il ne veut pas que seuls les petits acteurs dans cette affaire en subissent les contrecoups.

« Kenney voulait un autre candidat qui serait ce [cheval de Troie]. Ça a fini par être Jeff Callaway. Nous étions seulement les facilitateurs au milieu pour exécuter le plan », ajoute Happy Mann. « Mais si Kenney blâme les bénévoles et dit qu’il n’était pas au courant, comment peut-il nier qu’il a approché Derek Fildebrandt? »

Pas que de la rancœur, selon Happy Mann

Happy Mann ne nie pas qu'il veut se venger du Parti conservateur uni, mais il appelle les Albertains à écouter sa version des faits et à examiner les preuves qu'il présente avant de le juger. Il estime que ses allégations ainsi que celles d’un ancien député du PCU, Prab Gill, ne peuvent pas être rejetées du revers de la main.

Happy Mann a été disqualifié comme candidat du PCU après que des membres de son équipe eurent été accusés d’avoir attaqué un journaliste. Pour sa part, Prab Gill a quitté le PCU à la suite d'une enquête sur des irrégularités lors d'un vote dans sa circonscription.

Le député indépendant Prab Gill interviewé par des journalistes.Le député indépendant Prab Gill dit qu'il est victime d'intimidation de la part du PCU. Photo : Radio-Canada / CBC

Happy Mann juge que les conservateurs sont hypocrites lorsqu’ils applaudissent l’ancienne ministre fédérale de la Justice Jody Wilson-Raybould, une députée libérale qui a dénoncé des pressions politiques de son propre parti, mais qu’ils ne lui accordent pas le même traitement.

« Si Jody Wilson-Raybould est une héroïne pour les conservateurs, pourquoi Happy Mann et Prab Gill sont-ils simplement rancuniers? Si vous voulez que les Canadiens et les Albertains connaissent la vérité, laissez-nous parler tout comme Jody Wilson. »

Alberta

Politique provinciale