•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Menace pour le public » : Rohinie Bisesar restera à l'hôpital psychiatrique

Le portrait de police de Rohinie Bisesar
Le portrait de police de Rohinie Bisesar Photo: Police de Toronto
Radio-Canada

Selon la Commission ontarienne d'examen, Rohinie Bisesar, jugée non criminellement responsable d'un meurtre dans une pharmacie, manque de compréhension quant à la gravité de ses actions. Elle restera incarcérée dans une aile sécurisée du Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH).

En novembre dernier, la femme de 43 ans a été reconnue non criminellement responsable du meurtre de Rosemarie Junor, 28 ans, poignardée dans une pharmacie Shoppers Drug Mart de Toronto en décembre 2015.

Portrait de Rosemarie JunorRosemarie Junor, 28 ans, est morte après avoir été poignardée dans un Shoppers Drugmart de Toronto. Photo : Police de Toronto

Les deux femmes ne se connaissaient pas.

Rohinie Bisesar tente d'être transférée dans une unité générale de l'institution psychiatrique dans l'objectif d'obtenir des sorties dans la communauté sans être accompagnée du personnel de l'hôpital.

Mme Bisesar se décrit comme étant une bonne personne et a du mal à comprendre son rôle dans le meurtre de la victime, écrit le comité de la Commission ontarienne d'examen dans une décision publiée ce mois-ci.

Elle a été condamnée à être détenue dans un hôpital psychiatrique, car elle ne comprend pas [ la gravité ] son crime et reste une menace importante pour le public, selon la commission.

Rohinie Bisesar considère qu'elle est une victime de sa schizophrénie et attribue l'homicide à sa maladie.

Avec les informations de La Presse canadienne

Toronto

Justice