•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement minoritaire de Blaine Higgs présente son premier budget aujourd'hui

Le bâtiment de l'Assemblée législative à Fredericton, avec le drapeau du Nouveau-Brunswick.
C'est jour de budget au Nouveau-Brunswick. Photo: Radio-Canada / Catherine Allard
Radio-Canada

Élu en septembre 2018, le gouvernement de Blaine Higgs a un objectif clair lors de la présentation de son tout premier budget mardi : atteindre l'équilibre, quitte à sabrer certains services.

Nous cherchons à mettre de l’ordre dans nos finances, voilà l’essentiel, lance d’emblée le ministre des Finances, Ernie Steeves.

Mais pour réaliser cet objectif, des restrictions budgétaires seront nécessaires, admet-il. Il faut faire des choix difficiles, ce que les gouvernements qui se sont succédé n’ont pas fait depuis une douzaine d’années.

Les fonds de certains programmes jugés inefficaces seront redirigés vers d’autres programmes, dit le ministre, sans toutefois donner davantage de détails. Nous devons trouver quels programmes fonctionnent et quels programmes ne fonctionnent pas.

Ernie Steeves a également assuré qu’il n’y aurait pas d’augmentation d'impôts ou de taxes, mais pas de réduction non plus.

Ernie Steeves donne une conférence de presseLe ministre des Finances, Ernie Steeves, affirme qu'il faut mieux gérer l'argent des contribuable pour ne pas laisser une dette écrasante aux prochaines générations. Photo : Radio-Canada

L'appui nécessaire de l'Alliance des gens

Le ministre des Finances assure avoir consulté les autres partis. Puisque les progressistes-conservateurs forment un gouvernement minoritaire, le budget ne pourra être adopté sans l’appui de l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick.

À ce point-ci, je ne vois aucune raison de ne pas voter pour le budget, affirme le chef de l’Alliance des gens, Kris Austin.

Kris Austin, habillé dans un style décontracté, répond à une questionLe chef de l'Alliance des gens du Nouveau-Brunswick, Kris Austin Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Plusieurs attentes des partis d'opposition et de groupes d'intérêts

Le Parti libéral espère une reprise des investissements en matière d’infrastructures routières, explique le chef intérimaire du parti, Denis Landry.

On a discuté de la possibilité de continuer certaines parties de la route 11, peut-être parfaire les ponts par exemple. Il parlait de faire un dédoublement de la route, un jumelage pour un certain bout. Lorsqu’on arrive à certains ponts, revenir sur les deux lignes, reprendre l’autre bord du pont. Moi, ce n’est pas ma manière de travailler. Mes parents m’ont toujours appris à faire quelque chose, le faire une fois et le faire bien. M. Higgs, en étant un ingénieur lui-même, j’ai dit ça. J’aimerais mieux en faire long et bien le faire que faire ce que vous avez dans l’idée de faire, affirme Denis Landry.

La députée libérale de Moncton-Sud, Cathy Rogers, ancienne ministre des Finances, espère que le budget contient des mesures concrètes pour réduire l'itinérance dans la province. Elle avait conclu une entente de près de 300 millions de dollars avec Ottawa en juillet dernier avant les élections provinciales. Ces fonds sont rattachés à la stratégie nationale du logement, qui comprend un plan de dix ans visant à réduire l'itinérance de moitié. Cathy Rogers espère que le plan, lorsqu'il sera dévoilé, comprendra des mesures concrètes et non des études.

Cathy Rogers à l'Assemblée législativeLa ministre des Finances du Nouveau-Brunswick, Cathy Rogers Photo : CBC

Le chef du Parti vert, David Coon, espère pour sa part une refonte de l'impôt foncier.

M. Higgs doit réformer notre régime de taxes foncières pour s’assurer que les industries paient leur juste part. Aussi, nous devons augmenter les salaires pour permettre au secteur des soins de retenir les travailleurs et travailleuses dans les foyers de soins et les soins à domicile. Il est question de [l'amélioration] de notre système de soins de santé mentale. On a besoin de nouveaux et d’importants investissements, estime David Coon.

La Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB) souhaite, entre autres, que le gouvernement présente un plan de développement du nord de la province qui irait plus loin que le Fonds de développement actuel.

C’est un marasme financier dans les régions du nord et il faut régler le problème une fois pour toutes et il faut investir de l’argent dans ces régions-là et dans les infrastructures, lance le président de la SANB, Robert Melanson.

Du côté du milieu des affaires, on souhaite que les programmes d’aide aux entreprises et d’appui aux entreprises [soient] maintenus, voire même bonifiés, souligne Thomas Raffy, directeur général du Conseil économique du Nouveau-Brunswick.

Enfin, la ministre du Développement social, Dorothy Shephard, a récemment demandé publiquement plus de ressources, entre autres pour embaucher davantage de travailleurs sociaux.

D'après un reportage de Michel Corriveau

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale