•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le BST tire la sonnette d'alarme sur l'état de l'Apollo

Le traversier Apollo, endommagé, au quai de Matane alors qu'on voit un panneau d'arrêt en avant-plan.

Le traversier Apollo est à quai en raison d'un bris.

Photo : Radio-Canada / Michel-Félix Tremblay

Radio-Canada

Le Bureau de la sécurité des transports (BST) demande à Transports Canada de s'assurer que le traversier Apollo est en état de naviguer. Le BST a de sérieuses inquiétudes concernant l'étanchéité de la coque et du pont, le système de volets pare-feu et certains systèmes électriques.

La coque de l'Apollo a été endommagée samedi soir à l'accostage, au quai de Matane. Des enquêteurs ont été dépêchés sur les lieux dimanche.

L’enquêteur principal, François Dumont, ne s’est pas contenté d'examiner les dommages à la coque et à la porte avant. Il a inspecté l’ensemble du navire et a constaté que le vieux traversier construit en 1970 était dans un mauvais état.

Il a immédiatement avisé le directeur des enquêtes maritimes, qui, à son tour, a alerté les hautes instances de Transports Canada. L'agence gouvernementale fera une inspection mercredi.

M. Dumont n'hésite pas à dire que cette situation est exceptionnelle.

L'impact est survenu entre l'étrave et la coque, il y a une déformation notable de la structure, de telle sorte que la porte avant ne ferme plus correctement. L’inspection a aussi mis au jour d’autres problèmes.

Le plus inquiétant concerne les lignes de charge, c'est-à-dire « l'étanchéité de la coque et des ouvertures sur le pont, face aux intempéries et l'envahissement par la mer », précise François Dumont.

Ces problèmes majeurs ne seraient pas attribuables à l'accident de samedi.

Deux enquêteurs du BST marchent au quai de Matane, alors qu'on voit le traversier Apollo derrière des structures de métal.

Des enquêteurs du BST ont été dépêchés sur les lieux dès dimanche.

Photo : Radio-Canada / Michel-Félix Tremblay

La visite du navire a permis aux inspecteurs d'observer d'autres problèmes.

Certaines protections structurelles contre les incendies nous laissent penser que c’est peut-être pas tout en bon état de fonctionnement, et certaines installations électriques pour le contrôle de la propulsion et des systèmes auxiliaires aussi semblent douteux.

François Dumont, enquêteur du Bureau de la sécurité des transports

Le BST a saisi des équipements qui seront analysés en laboratoire pour déterminer s’ils ont eu un rôle à jouer dans l’accident.

La piste du propulseur d’étrave, qui aurait cessé de fonctionner, est aussi étudiée par les enquêteurs. Les accidents ne sont jamais à une simple cause, c’est souvent un amalgame de causes multiples, et ici ça semble être le cas , explique M. Dumont.

Il est encore trop tôt pour établir un lien entre cet accident et celui qui est survenu au quai de Godbout à la fin février.

La Société des traversiers du Québec a dû annuler les traversées entre Matane et la Côte-Nord lundi.

La desserte aérienne entre Mont-Joli, Pointe-Lebel et Sept-Îles est de retour jusqu'au 31 mars.

D'après les informations de Michel-Félix Tremblay

Transports

Économie