•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ruptures de services en Abitibi-Ouest : « La situation est précaire partout »

Une machine d'hémodialyse à l'hôpital de Rouyn-Noranda
Une machine d'hémodialyse à l'hôpital de Rouyn-Noranda Photo: Radio-Canada / Émilie Parent-Bouchard
Jean-Marc Belzile

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue assure qu'il n'est pas question de ne plus offrir le service d'hémodialyse en Abitibi-Ouest. L'organisation a fait le point à la suite d'une publication sur les réseaux sociaux qui mentionnait que le service pourrait ne plus être offert en raison d'un manque de personnel.

Le CISSS-AT assure que l'hémodialyse va continuer d'être offerte à La Sarre les lundis, mercredis et vendredis.

12 personnes bénéficient de ce service chaque semaine à La Sarre.

La présidente-directrice générale adjointe, Caroline Roy, admet toutefois que la situation est précaire dans tous les départements en Abitibi-Ouest en raison du manque de personnel.

La précarité des ressources fait en sorte qu'on peut être sujet à des ruptures temporaires ou devoir mettre en place une organisation de services différente pour l'ensemble de nos services en région, en Abitibi-Ouest ou ailleurs sur notre territoire, indique-t-elle.

Hémodialyse à domicile

En collaboration avec la fondation Paul-Giroux, le CISSS-AT vient également de faire l'acquisition d'un nouvel appareil au coût de 38 000 $ afin de pouvoir offrir l'hémodialyse à domicile. Un patient d'Abitibi-Ouest reçoit actuellement la formation pour faire fonctionner l'appareil lui-même.

Caroline Roy souhaite que ce service puisse ensuite être offert partout dans la région. Elle estime que 40 % des utilisateurs pourraient bénéficier de ce service.

L'usager doit bénéficier d'une formation pour savoir comment se faire le traitement lui-même à domicile. Il bénéficie du prêt de l'appareil pendant toute la durée où c'est requis pour sa condition, puis par la suite c'est un appareil qui appartient à l'établissement alors on peut le rendre disponible à d'autres usagers, ajoute-t-elle.

Inquiétude en Abitibi-Ouest

Le problème de main-d'oeuvre inquiète plusieurs citoyens en Abitibi-Ouest. Une découverture médicale est prévue les 21 et 22 mars en chirurgie et le département de natalité est actuellement fermé pour une durée indéterminée.

Un groupe Facebook a été créé, où plusieurs sont réunis et tentent de trouver des solutions. Caroline Roy assure faire tout ce qui est possible pour maintenir les services.

Le message à la population est qu'on travaille dans le même sens qu'eux, on veut le maintien de notre offre de services partout dans la région, dans chacun de nos pôles dont en Abitibi-Ouest, affirme-t-elle.

Abitibi–Témiscamingue

Établissement de santé