•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Procès de Daniel Montsion : un expert affirme que les gants d'assaut ne sont pas autorisés par la province

Des gants d'assaut et le policier Daniel Montsion.
Des questions sont soulevées au sujet des gants renforcés utilisés par le Service de police d'Ottawa (SPO), à la suite de la mort d'Abdirahman Abdi l'été dernier. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Les gants d'assaut ne sont pas une arme autorisée pour les policiers ontariens, a affirmé un expert en utilisation de la force au 15e jour du procès du policier Daniel Montsion.

Michael Frederico a été appelé à la barre lundi, au procès du policier d'Ottawa accusé d'homicide involontaire, d’agression armée et de voie de fait grave en lien avec la mort d'Abdirahman Abdi en juillet 2016.

L’ancien directeur adjoint du Service de police de Toronto, qui a développé une expertise pendant des décennies dans le corps policier, a affirmé à la cour que les gants d’assaut que portait l’agent Montsion lors de l’altercation avec Abdi ne font pas partie de la liste d’armes autorisées par la province pour utilisation par les policiers.

Michael Federico a également précisé que le rôle premier des agents de la paix est de protéger la vie humaine, ce qui inclut celle des victimes, des suspects et des policiers eux-mêmes. L’emploi de la force par des policiers doit être raisonnable et nécessaire, a-t-il ajouté.

La Couronne a l'intention de prouver que l’accusé a fait usage d'une force excessive pendant l'arrestation d’Abdirahman Abdi et que ce sont des coups de poing injustifiés à la tête de la victime assenés par Daniel Montsion qui ont mené à sa mort.

Mardi, le témoignage de Michael Federico se poursuivra. Il sera ensuite contre-interrogé par la défense, qui a refusé que le témoin donne son opinion sur le cas spécifique.

Un expert en approvisionnement policier à Ottawa devrait par ailleurs être appelé à témoigner par la Couronne plus tard dans le procès.

Le chef du Service de police d’Ottawa, Charles Bordeleau, avait demandé, après le dépôt des accusations criminelles, qu’une vérification de tous les gants donnés aux policiers en service soit effectuée.

L’analyse a été effectuée, mais les résultats n’ont pas encore été rendus publics.

Avec les informations de Laurie Trudel

Ottawa-Gatineau

Procès et poursuites