•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour une plus grande diversité au théâtre

Une femme est assise devant un homme.
Une scène de la pièce de théâtre Angélique avec les acteurs Tristan D. Lalla et Jenny Brizard Photo: Jaclyn Turner
Cecile Gladel

La question de la diversité en culture, tant en théâtre qu'au cinéma et à la télévision, a déjà fait les manchettes. Un théâtre anglophone montréalais tente d'ouvrir les portes aux comédiens issus de la diversité.

Pour le Black Theatre Workshop, une plus grande diversité au théâtre passe par une meilleure visibilité des acteurs de toutes les communautés. C’est le travail que la petite compagnie s’efforce de mener depuis presque 50 ans.

Le Black Theatre Workshop fait partie des huit finalistes du Grand Prix du Conseil des arts de Montréal.

Le directeur artistique du Black Theatre Workshop, Quincy Armorer, souligne que la manière d’y arriver semble simple. « Il faut décider que c’est une priorité. »

L’objectif de la compagnie de théâtre est donc d’offrir plus de possibilités aux acteurs issus de diverses communautés de se faire voir et d’obtenir plus de rôles.

L'homme regarde la caméra.Le directeur artistique du Black Theatre Workshop, Quincy Armorer Photo : Gracieuseté de Quincy Armorer

Lorsqu’il est arrivé à la direction artistique de la compagnie, il y a huit ans, Quincy Armorer a choisi d’augmenter le nombre de productions. « Les artistes noirs ont ainsi l'occasion d’avoir plus d’expérience et ils sont meilleurs », explique-t-il.

D’ailleurs, il avoue n’avoir jamais eu de problèmes à trouver des comédiens noirs et peut facilement suggérer des noms à ceux qui disent avoir des difficultés à en trouver.

Si l'on me demande des suggestions, j’ai cinq noms immédiatement. En fait, ce n’est pas notre raison d’être, mais on est presque devenu une agence pour les artistes. On est très heureux d’accepter cette responsabilité.

Quincy Armorer

Il ajoute que de nombreux artistes noirs peuvent jouer en français, pas seulement en anglais. Malheureusement, il soutient que la petite quantité de rôles offerts aux artistes noirs dans les grands théâtres les met en compétition les uns contre les autres. « Le résultat est qu’ils doivent compétitionner pour le rôle au lieu de travailler ensemble », explique-t-il.

Le théâtre francophone est très blanc

Quincy Armorer espère que le théâtre francophone va continuer à s’ouvrir à la diversité culturelle, tant au niveau des comédiens que des pièces mises en scène.

« Il n’y a pas beaucoup de théâtre noir en français. Je veux en voir plus que ça. Je pense qu’il y a un intérêt à avoir plus de diversité. Je veux être optimiste, mais j’ai peur que les choses n’avancent pas », avoue-t-il.

Il ajoute que ce sont les grands théâtres qui ont le pouvoir de provoquer des changements, car ils ont plus de ressources et doivent donner l’exemple. « Ils ont l’occasion de faire plus, et ils doivent travailler plus fort pour faire avancer l’industrie. Les compagnies indépendantes comme la nôtre doivent louer un théâtre. »

Faire de la place aux pièces de la diversité

La diversité est à deux niveaux. « La diversité des artistes, c’est bien, mais pour moi, il faut aussi penser à la diversité des histoires. On veut voir les histoires des peuples noirs et autochtones. On veut raconter les histoires de nos peuples », soutient Quincy Armorer.

Ce dernier est bien conscient que les grands théâtres doivent aussi boucler des budgets très serrés. Ils ont leur public qui les suit, ils dérogent donc peu des classiques qui leur assurent des spectateurs.

Cependant, Quincy Armorer pense qu’on peut avoir du succès en présentant des pièces issues de la diversité.

On se demande si l'auditoire veut voir ça. Mais ce qu’on voit dans la pratique, quand des compagnies programment ce type de pièces, avec des histoires qui parlent de nous, c’est que les gens vont au théâtre. Ils n’auront pas le même auditoire, mais ils auront un auditoire quand même.

Quincy Armorer

D’ailleurs, l’un de ses rêves est de produire la pièce Angelique, de la Montréalaise Lorena Gale, dont la traduction a été faite pour une lecture « On veut partager cette pièce avec le monde à Montréal. On a le texte. On doit faire quelques ateliers sur la traduction, mais ça serait un bon moment. »

Ne voulant montrer personne du doigt, Quincy Armorer souligne que le Black Theatre Workshop peut aussi faire mieux pour l’inclusion et la diversité. « On veut inclure les communautés LGBTQ. Je veux être inclusif dans notre spécificité. Tout le monde peut faire mieux », conclut-il.

Théâtre

Arts