•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cégep : des cours d'éducation physique sur Internet critiqués

Une jeune femme fait du yoga en regardant un ordinateur
Des cégeps du Québec proposent depuis janvier un cours d'éducation physique en ligne pour les étudiants. La pratique suscite cependant l'indignation chez les enseignants. Photo: getty images/istockphoto / Neustockimages
Maxime Corneau

Des cégeps du Québec proposent depuis janvier un cours d'éducation physique en ligne pour les étudiants. La pratique soulève cependant l'indignation chez les enseignants.

Neuf cégeps de la province, dont le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue qui chapeaute le projet pilote, offrent ce cours en ligne pour l'un des trois cours d'activité physique obligatoires à l'obtention du diplôme d'études collégiales.

Les étudiants inscrits au cours à distance s'engagent dans une démarche d'activité physique et sont en contact régulier avec les professeurs responsables.

Cégep : des cours d'éducation physique sur Internet critiqués

Ce projet pilote mis en place par les directions de cégeps est toutefois vivement dénoncé par le représentant provincial du regroupement des enseignants d’éducation physique au collégial, qui compte plus de 600 membres.

Jérôme Leriche estime qu'un cours sur écran va à l'encontre des objectifs de lutte contre la sédentarité et l'obésité que visent les cours d'éducation physique.

« On fait des cours d’éducation physique en ligne alors que c’est l’un des seuls cours où on sort nos étudiants de leur position sédentaire et de devant les écrans. Ça nous a beaucoup surpris », proteste l’enseignant.

Pour appuyer son propos, il cite des objectifs ministériels du cours d’éducation physique : développement de la confiance en soi, coopération, respect des différences et de l’autre. Ces objectifs sont incompatibles avec la formation à distance selon lui.

« Une des choses que l’on fait dans les cours d’éducation physique, c’est que l’on développe des liens sociaux. On découvre d’autres étudiants, ils sortent de leur propre programme », martèle-t-il.

« Rats de laboratoire »

Jérôme Leriche s'interroge sur les impacts d'une formation à distance en éducation physique ouverte à tous les étudiants.

Selon lui, aucune étude dans la littérature scientifique ne traite spécifiquement de cet enjeu. En l'absence de données, implanter un tel cours représenterait un risque, selon lui.

« Nos étudiants sont-ils des rats de laboratoire pour tester quelque chose? », questionne-t-il.

Cégep à distance

Depuis quelques années, les cours 1 et 3 d’éducation physique sont déjà offerts en ligne par l’entremise du système provincial Cégep à distance. Cet outil centralisé permet aux étudiants de partout en province de suivre certains cours à distance.

Or, pour accéder à ces classes virtuelles, les étudiants doivent rencontrer des conseillers pédagogiques afin de justifier des circonstances exceptionnelles qui leur donnent accès à la formation à distance.

Les enseignants d’éducation physique, qui s’étaient déjà opposés à la mise en place des cours sur Cégep à distance, soulignent que le nouveau cours à distance proposé pour le cours 2 d'éducation physique est en plus en accès libre et ne requiert aucune rencontre avec un conseiller pédagogique.

Une demande des étudiants

Questionné sur le nouveau cours à distance, le directeur des études du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue, Éric Aubin, estime qu’il s’agit avant tout d’une réponse aux demandes des étudiants qui peinaient à accomplir leur cheminement obligatoire.

« On s’est regroupés pour répondre à la demande de nos étudiants. On a des étudiants qui ont des cheminements atypiques », explique M. Aubin. Malgré cette demande qui aurait motivé la création du programme, il admet que la première cohorte ne compte que cinq étudiants.

Relativement aux critiques sur l’atteinte des objectifs, M. Aubin assure que le programme a été développé de concert avec des professionnels.

« On a consulté notre équipe d’enseignants en éducation physique. Ils ont fait une réflexion de leur côté. »

Refus de commenter

Le cabinet du ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a refusé nos demandes d’entrevue sur la question.

Lors d’un échange de courriels entre l’enseignant Jérôme Leriche et le ministère de l’Éducation, obtenu par Radio-Canada, le Ministère a affirmé avoir « confiance envers les directions des études des collèges, qui sont parfaitement à même de déterminer quels sont les objectifs et standards se prêtant à l’enseignement à distance. »

Toujours selon cet échange courriel, le Ministère estime que « tout objectif et standard ministériel peut être décliné sous forme de cours à distance si un établissement juge qu’il s’agit d’une modalité d’enseignement approprié ».

Les huit cégeps qui collaborent avec celui de l’Abitibi-Témiscamingue dans ce dossier sont les cégeps de La Pocatière, de la Gaspésie et des Îles, de Beauce-Appalaches, de Thetford Mines, de Rivière-du-Loup, de Baie-Comeau et de Matane.

Québec

Éducation