•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le pont Alexandra remplacé « dans un horizon de 10 ans », dit Steven MacKinnon

Des voitures à l'entrée du pont Alexandra à Ottawa.
Le pont Alexandra est en fin de vie utile. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

L'une des infrastructures historiques de la capitale nationale est en voie de n'être plus qu'un souvenir. Le pont Alexandra, qui enjambe la rivière des Outaouais depuis le début du siècle dernier, est en fin de vie utile, selon Steven MacKinnon.

À toute fin pratique, le pont a besoin d'une réparation continue à cause de son âge. Il devra être remplacé, donc force est de constater qu’il va nous manquer un pont, a soutenu le député libéral fédéral de Gatineau.

Est-ce que nous pouvons travailler avec la structure actuelle et l’améliorer ou carrément la remplacer? s’est-il demandé à voix haute.

Nous parlons d’un horizon de dix ans.

Steven MacKinnon, député libéral fédéral de Gatineau

M. MacKinnon a indiqué que quelque part d’ici dix ans, on devra amorcer le remplacement du pont Alexandra. Il a ajouté que le calendrier est un peu plus certain qu'auparavant, mais que les sommes qui devront être consacrées ne sont pas précisées.

Un homme en entrevue à la caméra dans la salle des nouvelles de Radio-Canada. Le député fédéral de Gatineau, Steven MacKinnon. Photo : Radio-Canada

En entrevue, il a expliqué que le pont fait l’objet d’une désignation patrimoniale, ce qui complique le processus. Nous allons devoir procéder avec prudence, a-t-il dit. Par ailleurs, les normes de construction modernes, comme la résistance aux chocs sismiques, devront aussi être prises en considération.

Les travaux majeurs qui mèneront à la fermeture partielle du pont Alexandra à la circulation de juin 2019 à juin 2020 auront lieu comme prévu.

Par ailleurs, Steven MacKinnon a indiqué que le projet de train léger du côté de Gatineau n'était pas un facteur dans cette décision. Il a toutefois précisé qu'il attend avec impatience que ce projet se concrétise.

Appréhensions

La nouvelle ne fait pas que des heureux. Certains intervenants s'inquiètent des impacts de la fermeture éventuelle de plusieurs voies interprovinciales.

Ça me fait peur, a affirmé d’emblée le président de la Chambre de commerce de Gatineau. Pierre Samson se soucie notamment des impacts que le remplacement du pont Alexandra aura sur l’économie et le tourisme dans la région.

Il souhaite que les éventuels travaux soient bien planifiés. On ne veut pas vivre une situation comme l’échangeur Turcot à Montréal, où ç'a fait fuir tout le monde de Montréal, fait-il valoir.

De son côté, le conseiller du quartier Rideau-Vanier d'Ottawa a dit ne pas être surpris de cette nouvelle. Mathieu Fleury somme toutefois les acteurs de faire leurs devoirs et d'impliquer la population dans le processus pour mieux comprendre l'impact sur la mobilité et la communauté.

Sixième et éventuellement septième lien

Steven MacKinnon continue de demander un sixième et, éventuellement, un septième lien entre les deux rives de la rivière des Outaouais. Le politicien a mentionné que le besoin d'un tel projet date d'avant les discussions autour du pont Alexandra.

C’est la science. Ce sont les faits.

Steven MacKinnon, député libéral fédéral de Gatineau

Le député a expliqué que la population de la région était d'environ 650 000 personnes lors de la construction de l’infrastructure la plus récente, en 1973. Là, on approche 1,5 million de personnes dans la région.

Même sans perdre le pont Alexandra, nous sommes dans une situation insupportable, a soutenu le député. Il a souligné que les émissions de gaz à effet de serre liés aux bouchons de circulation sont l’un des enjeux qui justifient la construction d’un nouveau pont.

Il a aussi soulevé les gains économiques potentiels qu’apporterait une nouvelle infrastructure. Nous manquons beaucoup d’opportunités économiques parce qu'il manque une traverse à l’est de Gatineau.

Je vais continuer. Je suis très patient, mais je suis très tenace, a conclu le député.

Avec les informations de Nathalie Tremblay et Stéphane Leclerc

Ottawa-Gatineau

Politique fédérale