•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Société d'assurances de la Saskatchewan veut une étude sur la conduite avec les facultés affaiblies

Des clés de voiture à côté d'un verre d'alcool.

Les participants fourniront des échantillons d’haleine et de salive pour des tests de dépistage de drogue et d’alcool.

Photo : iStock

Radio-Canada

La Société d'assurances de la Saskatchewan (SGI) cherche une équipe pour mener une étude qui lui permettra d'avoir une meilleure compréhension des cas de conduite avec les facultés affaiblies dans la province. Cette étude s'appuira sur la collecte d'échantillons d'haleine et de salive de participants volontaires.

La SGI utilise actuellement les informations des services policiers, du bureau du coroner et de l’enquête semestrielle sur la sécurité routière.

« Ces sources d’information fournissent des données importantes pour dresser le profil de la conduite sous l’influence de l’alcool ou de la drogue. Mais elles sont limitées quand il s’agit de dresser un portrait de l’usage de la drogue et de l’alcool pour l’ensemble des conducteurs », indique un document de demande de propositions de la SGI.

La société de la Couronne veut recruter une équipe de recherche pour mener une étude qui fournira une estimation scientifiquement valide des cas de conduite sous l’influence de la drogue ou de l’alcool, le jour ou la nuit.

Cette étude permettra de déterminer les types de drogues consommées et les caractéristiques des personnes qui conduisent sous l’influence de la drogue ou de l’alcool.

La participation à cette recherche sera anonyme et volontaire.

Les participants fourniront des échantillons d’haleine et de salive pour des tests de dépistage de drogue et d’alcool. Ils auront aussi à remplir un formulaire.

L’assistance de la police

L’étude bénéficiera de l'aide des services de police.

« Les soumissionnaires doivent inclure dans le coût de leur proposition les salaires des agents de police qui les assisteront », indique le document de demande de propositions. Ces policiers devront rester sur le lieu de l’étude jusqu’à son achèvement.

La SGI souhaite que l’étude porte sur un échantillon de 1500 à 2000 participants.

La collecte des données devrait se faire de juin à septembre 2019. Le rapport final de l’étude sera remis avant le 29 novembre 2019.

Avec les informations de CBC News

Saskatchewan

Faits divers