•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lyft vise une valorisation de 30,5 milliards avec son introduction en bourse

Une enseigne lumineuse de la compagnie Lyft sur le tableau de bord d'une voiture.
Le logo de la compagnie Lyft. Photo: AP/Josh Edelson
Reuters

Lyft a précisé lundi les modalités de son introduction en bourse, qui pourrait le valoriser de 30,5 milliards de dollars avec l'objectif d'attirer les investisseurs avant l'entrée en scène de son plus grand concurrent, Uber, censé se tourner à son tour vers le marché en avril.

Le premier appel public à l’épargne (PAPE) de ces deux spécialistes des véhicules de transport avec chauffeur (VTC) marquera un tournant pour la Silicon Valley, dont les jeunes « licornes » ont eu tendance ces dernières années à ignorer la bourse pour se financer auprès d'investisseurs privés.

La hausse des marchés actions et la volonté de certains investisseurs de la première heure de sortir avec une juteuse plus-value amènent de plus en plus d'entreprises technologiques, comme Airbnb, Slack Technologies ou Stripe, à envisager un PAPE.

Dans un avis déposé lundi auprès de la Securities & Exchange Commission (SEC), Lyft précise qu'il va vendre un peu plus de 30 millions d'actions de classe A, dotées de moins de droits de vote que les actions préférentielles de classe B, à un prix unitaire compris entre 83 $ et 91 $. Il espère ainsi lever jusqu'à 2,7 milliards de dollars.

Il compte effectuer ses débuts sur le Nasdaq le 29 mars avec le code « LYFT ».

Toujours pas rentables

Uber comme Lyft ne sont toujours pas rentables.

Le premier, qui se présente comme un groupe de transport et de logistique d'envergure internationale, est bien plus grand et plus diversifié que le second.

Selon des sources, Uber espère atteindre une valorisation de 160 milliards de dollars lors de son introduction en Bourse, mais certains analystes avancent plutôt un montant plus proche de 134 milliards de dollars à la lumière des documents financiers qu'il a publiés.

Lyft devrait vanter auprès des investisseurs la simplicité de son modèle, alors qu'Uber devrait mettre en avant sa stratégie de diversification, disent des personnes proches de ces dossiers.

Lyft contrôle près de 40 % du marché des VTC aux États-Unis, mais il a prévenu que sa croissance future pourrait dans un premier temps intervenir au prix d'un creusement de ses pertes, alors que ses comptes sont déjà largement dans le rouge.

Son chiffre d'affaires a doublé l'an dernier à 2,9 milliards de dollars. Par rapport à 2016, il a même été multiplié par plus de six. Sa perte s'est en revanche aggravée en 2018, à 1,2 milliard de dollars, contre 920 millions de dollars un an auparavant.

Le directeur général Logan Green et le vice-président John Zimmer contrôleront ensemble 48,8 % des droits de vote à l'issue de l'IPO.

JPMorgan, Credit Suisse et Jefferies figurent parmi les principaux teneurs de livres d'ordres de cette introduction en bourse.

Transports

Économie