•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du sperme congelé il y a 50 ans toujours viable

Un agneau mérinos né en 2018 à partir de sperme congelé il y a 50 ans.
Un agneau mérinos né en 2018 à partir de sperme congelé il y a 50 ans. Photo: Université de Sydney/Morgan Hancock
Radio-Canada

Le sperme de quatre béliers entreposé depuis 1968 dans un laboratoire australien a été décongelé et utilisé avec succès pour inséminer 34 brebis.

Les chercheurs Simon de Graaf et Jessica Rickard de l’Université de Sydney affirment qu’il s’agit du plus ancien sperme inséminé à ce jour à produire une descendance.

De plus, leurs travaux indiquent que le taux de natalité associé à ce sperme est aussi élevé que celui de sperme congelé depuis seulement 12 mois.

Les chercheurs Simon de Graaf et Jessica Rickard avec la progéniture improbable.Les chercheurs Simon de Graaf et Jessica Rickard avec la progéniture improbable. Photo : Université de Sydney/Morgan Hancock

Nos résultats montrent la viabilité de la congélation à long terme du sperme puisque sa fertilité a été maintenue malgré 50 ans d'entreposage dans l'azote liquide.

Simon de Graaf, professeur à l'Université de Sydney

« Les agneaux semblent présenter les plis du corps qui étaient courants chez les mérinos au milieu du siècle dernier, une caractéristique choisie à l'origine pour maximiser la surface de la peau et les rendements en laine », poursuit Simon de Graaf.

De nos jours cependant, cette espèce ovine originaire d’Espagne a largement perdu la faveur des fermiers, car ces plis entraînaient des problèmes au moment de la tonte.

Sir Freddie, l'un des quatre mâles dont le sperme a été congelé en 1968.Sir Freddie, l'un des quatre mâles dont le sperme a été congelé en 1968. Photo : Getty Images

Comparaison génétique

Les scientifiques affirment que leurs travaux permettent d’analyser les progrès génétiques réalisés par l'industrie de la laine au cours des 50 dernières années d'élevage sélectif.

Avec le temps, nous avons essayé de rendre les moutons plus productifs, et ces résultats nous permettent de mener des analyses comparatives.

Simon de Graaf

Sa collègue Jessica Rickard a déterminé si le sperme entreposé était viable pour l'insémination artificielle. Il s'agissait dans un premier temps de décongeler le sperme, qui était stocké sous forme de petites pastilles dans de grandes cuves d'azote liquide maintenues à -196 degrés.

Son équipe a ensuite mené des tests in vitro sur la qualité du sperme afin de déterminer la capacité des spermatozoïdes à se déplacer, leur vitesse, leur viabilité et l'intégrité de leur ADN.

Ce qui est étonnant dans ce résultat, c'est que nous n'avons trouvé aucune différence entre le sperme congelé pendant 50 ans et le sperme congelé pendant un an.

Jessica Rickard

Les résultats

Sur les 56 brebis inséminées, 34 ont été fécondées avec succès. Ces résultats se comparent à ceux de semences récemment congelées. Le taux de grossesse est de 61 % pour le sperme de 50 ans contre 59 % pour le sperme récemment congelé, ce qui est statistiquement équivalent selon les scientifiques.

La vidéo qui suit montre les spermatozoïdes cinquantenaires décongelés :


Les échantillons de sperme avaient été donnés dans les années 1960 par la ferme de la famille Walker de Ledgworth. Ces échantillons, congelés en 1968 par le Dr Steven Salamon, provenaient de quatre béliers, dont Sir Freddie, né en 1963.

Génétique

Science