•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Saskatchewan doit faire un virage énergétique dans son budget, dit un environnementaliste

Un homme aux cheveux blancs portant un manteau bleu.
Jim Harding a fait remarquer que les jeunes étaient plus nombreux à Montréal pour manifester au sujet du climat que contre la guerre en Irak en 2003. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

De passage dans les Prairies, la semaine dernière, la chef du Parti vert du Canada, Elizabeth May, a participé à un forum non partisan sur l'environnement et les changements climatiques à Fort Qu'Appelle, organisé par l'Association environnementale de la vallée de Qu'Appelle. Son directeur, Jim Harding, croit que plusieurs mesures concernant les changements climatiques devraient figurer dans le budget qui sera déposé, mercredi, par le gouvernement de Scott Moe.

« Il doit y avoir quelque chose [dans le budget] pour la science entourant les changements climatiques et pour une forme de prix du carbone, affirme M. Harding. On doit préciser comment les fonds provenant du prix du carbone et des mécanismes du marché des énergies fossiles seront redistribués pour encourager les technologies vertes. »

M. Harding espère que le budget de Scott Moe abordera la question de la transition équitable pour les travailleurs : « Les emplois seront plus stables dans le domaine des technologies vertes. »

Dépendance aux énergies fossiles

Les deux principaux partis de la Saskatchewan, le Parti saskatchewanais et le Nouveau Parti démocratique (NPD), n’ont rien fait pour accélérer la transition énergétique, déplore Jim Harding.

« On est dans une situation périlleuse. Nous avons la plus forte empreinte carbone par habitant dans le pays, et peut-être même dans le monde. Nos deux partis politiques, le NPD et le Parti saskatchewanais, ont rendu notre économie de plus en plus dépendante des exportations non renouvelables, non seulement les énergies fossiles, mais aussi la potasse », explique-t-il.

M. Harding constate que l’Alberta est en avance sur la Saskatchewan dans sa transition énergétique parce que la province a été en mesure de consulter les environnementalistes, les scientifiques et les représentants des industries fossiles.

« L'Alberta obtient de meilleurs résultats que la Saskatchewan! Le taux d'émissions de carbone par habitant est en baisse. La province élimine les centrales au charbon. Elle doit trouver des solutions aux pipelines, mais au moins, elle a consulté les scientifiques, les environnementalistes et les représentants des industries fossiles pour parler de transition. Ici, on dirait qu'on est sur une autre planète! », s'insurge M. Harding.

Une génération inspirante

Quelques jours après la manifestation mondiale sur le climat, à laquelle plus de 300 jeunes de Regina ont participé la semaine dernière, Jim Harding a remarqué un élan d’espoir de cette génération qui ne vote pas encore.

Quand ils [les jeunes] disent que la vieille génération n'a pas bien fait son travail, je suis d'accord.

Jim Harding, directeur de l'Association environnementale de la vallée de Qu'Appelle

Le militant a fait remarquer que les jeunes étaient plus nombreux à Montréal pour manifester au sujet du climat que contre la guerre en Irak en 2003.

Discussion avec les chefs fédéraux avant l’élection

Jim Harding aurait aimé voir la participation de Maxime Bernier, de Justin Trudeau ou de Jagmeet Singh à son forum non partisan pour une discussion sur les questions climatiques avant la campagne et ses « clichés électoraux ».

« J'espère que les gens comprennent que la politique va au-delà d'un parti politique. Surtout lors d'élections fédérales, à une époque où il y a une réelle crise climatique. Bien qu'on pense avoir vu des températures extrêmes récemment, la situation pourrait être pire dans 10 ans », souligne le militant.

Avec les informations de Pascale Langlois

Saskatchewan

Politique provinciale