•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Résolu rejette l'offre d'achat de son usine de Fort Frances

L’usine de pâtes et papier Résolu à Fort Frances.
L’usine de pâtes et papier à Fort Frances a officiellement fermé ses portes en 2014. La Ville a demandé à la province de transférer les droits de coupe à un futur acheteur. Photo: Google Street View
Radio-Canada

La compagnie Produits forestiers Résolu a indiqué à la municipalité de Fort Frances que l'offre de Repap Resources Group (RRG) pour son usine désaffectée ne répondait pas à ses attentes.

Selon la lettre envoyée à la mairesse June Caul, RRG n’aurait notamment pas été en mesure de démontrer qu’il avait les ressources financières pour mener à bien la réouverture de l’usine.

Malgré nos efforts, Repap n’a pas présenté une offre qui nous donne une certitude suffisante pour aller de l’avant avec eux, a déclaré Yves Laflamme, le PDG de Produits forestiers Résolu.

M. Laflamme affirme que Résolu compte vendre l’usine à un promoteur spécialisé dans la revitalisation des sites industriels.

Après 4 ans et jusqu’à 35 millions de dollars investis, nous devons conclure, de nouveau, qu’un retour des opérations de fabrication est improbable.

Yves Laflamme, PDG de Produits forestiers Résolu

Ce développeur fera une annonce dans les prochaines semaines, selon M. Laflamme.

Il ajoute que rien n’empêche Repap Resources Group de négocier avec l’entreprise de revitalisation.

Greg Rickford, le député de la circonscription de Kenora–Rainy River, où se trouve Fort Frances, s'est dit déçu de la décision de Résolu.

Sur Twitter, il a déclaré qu'il n'était pas prêt à baisser les bras concernant la réouverture de l'usine.

Il faut faire ce qui est dans l’intérêt des gens de Fort Frances.

Greg Rickford, député provincial de Kenora–Rainy River et ministre de l'Énergie, du Développement du Nord et des Mines

Une offre qui pourrait créer « 600 à 700 emplois »

L’offre de plusieurs millions de dollars de RRG est tombée juste avant la journée butoir du 15 mars.

La compagnie souhaitait embaucher 600 à 700 employés pour reprendre les activités forestières dans la région.

Repap Resources Group souhaitait collaborer avec Produits forestiers Résolu, explique le directeur de l’entreprise, Sean Twomey.

En échange pour des copeaux de bois et la chance d’acheter de la pâte brute de l’usine de Résolu à Thunder Bay, Repap proposait d’envoyer les billots récoltés dans les environs de Fort Frances aux scieries de Résolu à Ignace et à Atikokan.

Nous croyons que notre offre est attrayante sur le plan financier et offre des avantages opérationnels à long terme aux scieries de Résolu, a souligné M. Twomey. Et du point de vue des politiques publiques, c’est une offre qui crée de 600 à 700 emplois.

La moitié des employés seraient affectés à l’usine et l’autre moitié œuvrerait dans la division d’exploitation forestière.

M. Twomey a précisé que l’usine fabriquerait du papier utilisé pour différents types d’emballage tels que des sacs de ciment ou sacs de nourriture pour chien.

L’usine pourrait aussi produire de la pâte commerciale, avait-il ajouté.

Entre rouvrir et démolir

L’entreprise Produits forestiers Résolu a confirmé qu’elle n’a pas reçu d’autres offres pour la réouverture de l’usine.

Toutefois, de nombreuses personnes ont exprimé leur intérêt pour la propriété, affirme Seth Kursman, le directeur des communications institutionnelles et des affaires gouvernementales de Résolu.

En février, l’usine de pâtes et papiers avait fait l’objet de controverse lorsque la municipalité de Fort Frances avait accusé Résolu de la vendre dans le but de la démolir, tout en refusant de se départir des droits de coupe de la forêt avoisinante.

L’offre de Repap n’était valide que dans la mesure où l’entreprise peut avoir accès aux réserves de bois de la forêt Crossroute, précise M. Twomey.

Il se dit toutefois d’un optimisme prudent.

Le gouvernement de l’Ontario doit prendre une décision dans l’intérêt des Ontariens, affirme le directeur. Nous sommes absolument convaincus qu’il y a assez de bois pour que toutes les parties puissent continuer leurs opérations.

Nord de l'Ontario

Industrie forestière