•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Combien de neige est tombée chez vous? La réponse vient souvent de bénévoles

La règle indique 95 cm de neige
Une simple règle suffit pour mesurer l'accumulation de neige au sol. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Des bénévoles au Nouveau-Brunswick recueillent quotidiennement des données météorologiques locales pour le compte d'Environnement Canada. Au pays, ils sont des centaines qui fournissent ces renseignements.

C’est important de savoir ce qui nous tombe dessus dans une saison. À n’importe quel endroit, même au Nouveau-Brunswick, on a besoin de ces données, affirme le bénévole René Gionet, à Bas-Caraquet.

René Gionet collabore avec Environnement Canada depuis maintenant 37 ans en tant qu’observateur bénévole.

Je me suis toujours dit qu’à un moment donné ça m’intéresserait de partir dans le bénévolat, bien sûr, pour faire des observations pour Environnement Canada pour remplir un vide, dit-il.

Pour élargir son réseau de bénévoles et étendre sa couverture, Environnement Canada collabore depuis 2011 avec la plateforme CoCoRaHS (Community Collaborative Rain, Hail and Snow Network). Cette dernière rassemble les données recueillies par 600 bénévoles d’un océan à l’autre. Il est facile pour les gens qui s’y intéressent de se joindre au réseau.

Aucune formation n’est nécessaire. Les représentants de CoCoRaHS vous montrent comment utiliser l’équipement et comment leur envoyer les données. C’est très simple. N’importe qui peut le faire, explique le bénévole Tom Jenicek.

Tom Jenicek en entrevue dans sa cour enneigéeAgrandir l’imageTom Jenicek travaille comme technicien chez Rogers et il fournit bénévolement des données météorologiques à la plateforme CoCoRaHS. Photo : Radio-Canada

Il y a maintenant six ans que la collecte de données météorologiques fait partie du quotidien de Tom Jenicek à son domicile à Irishtown, près de Moncton.

Chaque matin quand je pars pour l’ouvrage, je ne saute pas tout de suite dans ma van. Je vais aux instruments de CoCoRaHS et je lis les instruments, précise-t-il en ajoutant qu’il envoie ensuite les données à la plateforme avec son téléphone.

La passion pour la météorologie et le désir d’enrichir le savoir collectif unissent ces bénévoles de tous les horizons.

René Gionet  en entrevue dans sa maisonAgrandir l’imageRené Gionet recueille bénévolement des données météorologiques à Bas-Caraquet pour aider Environnement Canada. Photo : Radio-Canada

N’importe quel endroit peut savoir exactement ce qui tombe en précipitations ou même les températures qu’il fait. Avoir un tableau climatologique d’un endroit précis, c’est un avantage extraordinaire. Surtout là avec le réchauffement climatique, on a l’érosion des côtes, et ces données-là servent encore plus que jamais, indique René Gionet.

Je suis curieux et c’est ma passion, conclut Tom Jenicek.

D’après un reportage de Mariève Bégin

Nouveau-Brunswick

Conditions météorologiques