•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Caroline Mulroney est la mieux placée pour défendre les Franco-Ontariens », selon Brian Mulroney

Un homme avec une cravate verte et un veston.
L'ancien premier ministre du Canada, Brian Mulroney. Photo: Radio-Canada
Jean-François Morissette

De passage à l'émission Tout le monde en parle, l'ancien premier ministre canadien, Brian Mulroney, s'est porté à la défense de sa fille, Caroline Mulroney. Selon lui, la ministre des Affaires francophones de l'Ontario est « la meilleure personne pour réparer les pots cassés » avec la communauté franco-ontarienne.

Questionné sur le rôle de Caroline Mulroney dans la crise linguistique qui a secoué la province en novembre dernier, Brian Mulroney a déclaré que sa fille s’inscrivait dans la même lignée que lui.

Elle [Caroline Mulroney] est membre d’un gouvernement, ce n’est pas elle qui décide. Elle est prise à travailler avec ses collègues pour réparer les pots cassés.

Brian Mulroney, ancien premier ministre du Canada.

Selon lui, Caroline Mulroney est la meilleure voix que les francophones de l’Ontario pourraient jamais avoir.

L’ancien premier ministre canadien a ajouté que la ministre des Affaires francophones est la mieux placée pour défendre les Franco-Ontariens et que la petite fille qui a démissionné est partie, en faisant référence à la députée franco-ontarienne, Amanda Simard, qui a claqué la porte du caucus conservateur à la suite des compressions dans les services en français.

Caroline est toujours là pour défendre les intérêts des francophones de l’Ontario, a-t-il insisté à de nombreuses reprises.

M. Mulroney a déclaré que le gouvernement libéral de Kathleen Wynne a laissé un déficit de 15 milliards de dollars et une dette provinciale de 392 milliards de dollars.

Le 15 novembre dernier, le gouvernement de Doug Ford a décidé de mettre fin au projet de l'Université de l'Ontario français, une décision qu'il a justifiée par les « défis financiers » de la province.

Le gouvernement a dissous du même souffle le Commissariat aux services en français pour l'intégrer au sein du bureau de l'ombudsman de la province.

Une sortie publique qui fait réagir

Rapidement, la déclaration de M. Mulroney a fait réagir. Le député franco-ontarien néo-démocrate Guy Bourgouin a demandé le retour des deux institutions.

L’héritage et la culture de franco-ontarien.n.e.s ne sont pas une simple monnaie d’échange, a-t-il écrit sur Twitter.

Sur Facebook, plusieurs ont également dénoncé les propos de M. Mulroney.

Toronto

Politique provinciale