•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La plus belle défaite de ma vie

Photo de groupe officielle en compagnie des joueurs et entraîneurs des deux équipes.
Les Anciens Canadiens de Montréal ont vaincu une équipe de la communauté 19-3, dimanche à Saint-Albert. Photo: Radio-Canada / Patrick Henri
Patrick Henri

Même si son équipe s'est inclinée 19-3 face aux Anciens Canadiens de Montréal, dimanche à l'aréna Servus Credit Union de Saint-Albert au nord d'Edmonton, le hockeyeur Steven Rancourt n'oubliera jamais cette journée.

À la fin du match, l’ambiance était festive dans le vestiaire de l’équipe composée de membres de la communauté. On aurait facilement pu penser qu’elle venait de remporter une victoire.

C’est sans aucun doute la plus belle défaite de ma vie.

Steven Rancourt, attaquant

Steven Rancourt est venu de Calgary pour affronter certaines de ses idoles. Ce qu’il retient du match, c’est le respect qu’ont démontré les anciens à l’endroit de son équipe.

Ils nous parlaient beaucoup sur la patinoire, ils nous ont poussés à nous dépasser, ils nous disaient de patiner plus vite. À un certain moment, dit Steven Rancourt, ils nous ont demandé si on allait essayer d’inscrire un but, on a dit oui.

Chris Nilan des Anciens Canadiens et Randy Somers prennent part à la mise en jeu officielle. C'est la conseillère municipale de Saint-Albert, Nathalie Joly, qui a procédé à la mise au jeu officielle. Photo : Radio-Canada / Patrick Henri

L’ambiance du match était très décontractée. Plusieurs joueurs du tricolore semblaient s’amuser autant que leurs adversaires sur la patinoire.

Ce dont Steven Rancourt est le plus fier, c’est d’avoir fait rire John Leclair : Leclair n’avait pas dit un mot depuis le début du match. Lors d’une mise en jeu, je lui ai demandé combien coûtaient des mains comme les siennes, il m’a répondu en riant que ce n’était pas les mains, que tout était dans le bâton.

Match difficile pour le gardien

Le gardien Marc Hébert a accordé 19 buts à ses adversaires, mais il n’a pas à rougir de sa performance. Il a été bombardé comme lors de peu de matchs dans sa carrière.

Le plus difficile, ce n’est pas de bloquer les lancers, c’est de savoir d’où les tirs vont arriver, car ils font tellement de passes.

Marc Hébert, gardien de but
Marc Hébert reçoit les félicitations de son vis-à-vis, Richard Sévigny. Le gardien Marc Hébert a accordé 19 buts, mais a adoré son expérience. Photo : Radio-Canada / Patrick Henri

Le gardien, qui n’a disputé qu’une dizaine de matchs cette saison, mentionne aussi que comme les membres de son équipe ne s’étaient jamais entraînés ensemble, il n’y avait aucun système de jeu d’établi et peu de communication sur la patinoire.

Mais il affirme que tout ça, ce ne sont que des détails, car dans quelques années, tout ce dont il se souviendra c’est d’avoir eu la chance d’affronter d’ex-joueurs de la LNH.

Comme un garçon de 12 ans

Trois membres de la communauté se sont joints aux Anciens Canadiens. Étienne Gilbert et Danny Forbes ont joué au sein de la formation, Robert Lessard a agi comme entraîneur adjoint à l’entraîneur-chef Steve Shutt.

Danny Forbes et Étienne Gilbert sourient après la rencontre. Danny Forbes et Étienne Gilbert ont joué avec l'équipe des Anciens Canadiens de Montréal. Photo : Radio-Canada / Patrick Henri

Danny Forbes admet avoir peu dormi dans la nuit de samedi à dimanche. J’étais nerveux, avoue-t-il, je savais que même si certains sont âgés, ils savent comment passer la rondelle et je ne voulais pas avoir l’air fou avec eux.

Étienne Gilbert dit qu’il était nerveux aussi, mais que dès son entrée dans le vestiaire, les joueurs lui ont dit de ne pas s’inquiéter, que tout allait bien se passer.

Dans son discours d’avant-match aux joueurs, Robert Lessard a avoué se sentir comme un garçon de 12 ans, en passant du temps dans le vestiaire avec des joueurs comme Chris Nilan, Keith Acton, Travis Moen ou Oleg Petrov.

Le directeur général du Conseil scolaire Centre-Nord a ajouté, en français, à l’endroit des joueurs francophones, Jesse Bélanger, Patrice Brisebois, Marc-André Bergeron, Richard Sévigny et Pierre Dagenais que leur présence était très appréciée, car de nombreux membres de la communauté franco-albertaine sont de fervents partisans du Canadien.

Match nul pour les jeunes francophones

Patrice Brisebois et Marc-André Bergeron dirigent une séance d'échaufement avec des jeunes francophones. Des joueurs des écoles Sainte-Jeanne-d'Arc, La Mission et Citadelle, se sont entraînés avec les Anciens Canadiens. Photo : Radio-Canada / Patrick Henri

Lors du premier entracte, une quinzaine de jeunes des programmes sports-études des écoles Sainte-Jeanne-d’Arc, La Mission et Citadelle ont eu la chance de sauter sur la glace pour un entraînement avec les Anciens Canadiens et pour une partie amicale.

Les jeunes s’en sont bien sorti, ils ont soutiré un match nul de 1-1.

Succès, malgré une foule décevante

Les 2000 sièges de l’aréna Mark Messier de la Place Service Credit Union de Saint-Albert n’étaient pas remplis. L’organisatrice Cathy Pellerin de l’ACFA régionale de Centralta estime qu’un peu plus de 400 personnes ont assisté à la rencontre.

Selon elle, l’événement peut être considéré comme un succès, malgré une foule moins imposante qu’espérée.

Le but de l’événement était de faire briller la francophonie à Saint-Albert. C’est important de rappeler à la majorité anglophone que nous sommes toujours bien présents et actifs. Sur ce, mission accomplie.

Cathy Pellerin, directrice ACFA régionale de Centralta
Oleg Petrov signe le chandail d'un spectateur. Avant le match, les joueurs des Anciens Canadiens ont signé des autographes. Photo : Radio-Canada / Patrick Henri

Ce match était le dernier d’une tournée de quatre matchs en Alberta pour les Anciens Canadiens. Jeudi, ils étaient à Brooks, vendredi à Lac-la-Biche et samedi à Drayton Valley.

Alberta

Hockey