•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

GoAGA 2019 : la jeunesse franco-albertaine a un nouveau président

Devant les montagnes de Jasper, un groupe de jeunes avancent avec un drapeau franco-albertain.

Francophonie Jeunesse de l'Alberta a comme mission d'outiller et de mobiliser les jeunes albertains d'expression française de 14 à 25 ans.

Photo : Radio-Canada

Simon-Pierre Poulin

Ils sont jeunes et ils sont passionnés par la vitalité du français : les membres de Francophonie Jeunesse de l'Alberta, FJA, se sont rassemblés toute la fin de semaine à Jasper pour leur retraite annuelle, le GoAGA. Ils ont pu faire le bilan de leurs activités et renouveler leur conseil d'administration.

Pour certains des quelque 60 inscrits, le rendez-vous annuel de FJA était leur toute première expérience démocratique. Entrecoupant des activités sociales, les assemblées générales de l'organisme suivaient toutes les règles de l’art, même si certains des votants n’avaient qu’à peine 14 ans.

Dimanche matin, de jeunes aspirants administrateurs ont enchaîné des discours pour convaincre leurs pairs qu'ils étaient le choix désigné pour les représenter. Les grands gagnants de cette joute sont Olivier Roy, un actuel animateur qui a décroché un poste de vice-président, et Sympa César qui repart avec un mandat de deux ans à la tête de l'organisme.

C'est à notre tour de prendre la relève et d'assurer un renouveau dans la francophonie. C'est la jeunesse qui va le faire.

Sympa César, nouveau président de Francophonie Jeunesse de l'Alberta
Le nouveau président pendant son discours de victoire.

Le nouveau président Sympa César siégeait au conseil de FJA depuis déjà trois ans. Il en était le vice-président pendant la dernière année.

Photo : Radio-Canada

Les motivations des jeunes pour briguer un poste variaient. Jordan Dudley, résidente de Lethbridge, a plaidé pour une meilleure inclusion des francophones du sud de la province.

Naguy Martin, le nouveau trésorier, a quant à lui expliqué que l'actualité l'avait motivé à s'engager politiquement. Les récentes déclarations de Denise Bombardier sur la décadence du français hors Québec dénigraient selon lui sa lutte, sa langue et sa communauté.

Ma vision du futur pour FJA en est un qui, comme nous, parle fort et représente les leaders de demain.

Naguy Martin, nouveau trésorier de Francophonie Jeunesse de l'Alberta

Chacun à leur façon, ils ont tous témoigné de leur attachement à la communauté francophone et tout particulièrement aux activités de FJA, mais non sans réserve.

Une consultation des membres entreprise samedi a révélé qu'une majorité d'entre eux perçoivent FJA comme une clique et qu'ils souhaitent voir l'organisme travailler plus activement à l'inclusion des immigrants. Les jeunes indiquent également que la promotion dans les écoles des activités communautaires en français serait déficiente.

Le week-end de retraite a aussi été marqué par la signature de deux nouvelles ententes. La première reconnaît officiellement FJA comme représentant de la clientèle jeunesse de l'Association canadienne-française de l'Alberta. La seconde formalise sa collaboration avec le Groupe FrancoQueer, un ancien comité de FJA qui vole désormais de ses propres ailes.

« C’est par les jeunes qu’on a maintenant quelque chose pour toute la communauté, a lancé le représentant du groupe de défense de droits des minorités sexuelles Emmanuel Dubbeldam. Les autres n’auraient pas osé ». FJA partagera désormais ses locaux avec le groupe récemment incorporé.

Alberta

Jeunesse