•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les attentes des élus de l'Est-du-Québec en vue du budget fédéral 2019

Le premier ministre Justin Trudeau et son ministre des Finances Bill Morneau, lors de la présentation du budget fédéral, en mars 2016.

Le premier ministre Justin Trudeau et son ministre des Finances Bill Morneau

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Marie-Christine Rioux

À moins de 48 heures du dépôt du budget fédéral, les élus de l'Est-du-Québec font tour à tour part de leurs espoirs. Ce sera le quatrième budget à être déposé par le ministre des Finances Bill Morneau, le dernier avant les prochaines élections fédérales.

Pour commencer, le député fédéral de Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques, Guy Caron, espère que des investissements visant l'amélioration de la couverture cellulaire en région seront inscrits au budget.

Il souhaite également que les producteurs laitiers soient dédommagés pour les pertes encourues à la suite des ententes de libre-échange conclues avec les États-Unis et l'Europe.

M. Caron aimerait ainsi voir réapparaître dans le budget un projet de loi qu’il a soumis à la Chambre des communes il y a quelques années, mais qui a été rejeté par la majorité gouvernementale.

Les gens qui vendent leur ferme ou leur petite entreprise doivent payer plus d'impôt s'ils vendent à leurs enfants qu'à un étranger. Les libéraux ont voté contre le projet de loi que j'ai déposé pour corriger cette mesure en disant que ce serait corrigé dans un budget ultérieur, affirme le député.

Selon lui, deux budgets ont été adoptés depuis. Mais la mesure n'y était pas. C'est leur dernière chance de le faire, déclare-t-il.

Enya De Carufel-Perron apprend le métier de producteur laitier sur une ferme de Saint-Gabriel-de-Rimouski.

Enya De Carufel-Perron apprend le métier de producteur laitier sur une ferme de Saint-Gabriel-de-Rimouski.

Photo : Radio-Canada

Les souhaits du député sont partagés par le préfet de la MRC de Rimouski-Neigette, Francis St-Pierre. Ce dernier désire, parallèlement, qu'une bonification du programme de subvention provenant de la taxe sur l'essence soit intégrée au budget fédéral.

Je le dis souvent, on n'imprime pas d'argent. On n'est pas des guichets automatiques. L'argent qu'on aurait pris dans ces programmes-là pour financer nos travaux, on va les prendre sur la taxe foncière ou on va emprunter puis on va payer de l'intérêt, soutient-il.

Travailleurs saisonniers dans une usine de transformation du crabe

Travailleurs saisonniers dans une usine de transformation du crabe

Photo : Radio-Canada

Sur la Côte-Nord, la députée bloquiste de Manicouagan, Marilène Gill, souhaite que le budget contienne des mesures qui visent les travailleurs saisonniers.

Toute la question du trou noir est un dossier que j'ai mené de front depuis le début de la législature et puis, on a réussi à faire des brèches. On a eu un projet pilote l'année dernière, projet pilote qui, somme toute, ne répond pas aux attentes de l'industrie du travail saisonnier. [...] Ce qu'on veut, c'est un statut particulier pour les travailleurs, soutient la députée.

La fameuse photographie illustrant la fin de la route 138

Fin de la route 138 à Kegaska

Photo : Radio-Canada

Le préfet de la MRC de Minganie, Luc Noël, partage son avis. Il espère aussi de bonnes nouvelles pour le prolongement de la route 138 jusqu'à Blanc-Sablon.

On a été rencontrés, d'ailleurs, à Ottawa. On a été en mission économique à Ottawa, maires et préfets de la Côte-Nord, pour demander au premier ministre d'investir de l'argent avec le Québec pour ouvrir la 138, raconte M. Noël.

phare

Le phare de Cap-des-Rosiers été reconnu Lieu historique national du Canada en 1973 et bâtiment fédéral du patrimoine classé le 31 mars 1994.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

De son côté, le préfet de la MRC de La Côte-de-Gaspé, Daniel Côté, espère que les investissements en infrastructures se poursuivront.

Tout n'est pas fait, en infrastructures. Je pense entre autres au phare de Cap-des-Rosiers, au quai de L'Anse-à-Valleau, plusieurs besoins au niveau des infrastructures portuaires [...]. Je pense qu'on doit poursuivre sur la lancée qui a été donnée par le gouvernement Trudeau, ces dernières années, soutient Daniel Côté.

Il s'agit du dernier exercice financier du gouvernement libéral avant le scrutin d'octobre.

D’après les informations de Jérôme Lévesque-Boucher

Bas-Saint-Laurent

Politique