•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelles mesures en éducation : des enseignants ontariens porteront du noir lundi

Des élèves lèvent la main dans une classe.

Des élèves lèvent la main dans une classe.

Photo : iStock

Dereck Doherty

L'Association des enseignantes et enseignants franco-ontariens (AEFO) appelle ses membres à porter des vêtements noirs, lundi, pour contester les changements proposés en éducation par le gouvernement de Doug Ford.

On veut utiliser notre droit d’expression pour que le gouvernement comprenne qu’on n’est pas heureux avec plusieurs des annonces qui ont été faites, soutient le président de l’AEFO, Rémi Sabourin.

Ça fait des mois qu’on parle des conditions d’apprentissage des élèves et, là, on commence à voir des attaques qui sont beaucoup plus ciblées, illustre M. Sabourin, en citant l’augmentation du nombre d’élèves dans les classes, entre autres.

Selon lui, les annonces récentes du gouvernement ont été faites durant la semaine de relâche dans l'espoir que les enseignants ne seraient pas à l'écoute. Or, si tel est le cas, le gouvernement Ford fait fausse route, insiste le président de l'AEFO.

C’est important que le gouvernement comprenne qu’on est là et que les enseignants sont prêts à se mobiliser.

Rémi Sabourin, président de l'AEFO

Par mobilisation, M. Sabourin n’entend pas nécessairement faire la grève. Ça veut dire se mobiliser pour se faire entendre, et c’est ça le signal qu’on veut envoyer, dit-il.

Des « ballons politiques »

Rémi Sabourin a l’impression que le gouvernement Ford lance des ballons politiques en matière d’éducation, c’est-à-dire que le gouvernement annonce une nouvelle politique et s’ajuste ensuite, au gré des réactions.

Il déplore notamment la manière dont les changements au programme d'éducation sexuelle et au programme Discovery Math ont été présentés. Le gouvernement fait des grandes annonces à gauche et à droite [pour tâter le terrain], et nous, on ne trouve pas ça correct, dit M. Sabourin.

Plusieurs syndicats mobilisés

Outre les membres de l’AEFO, des membres de la Fédération des enseignantes-enseignants des écoles secondaires de l'Ontario, de l'Elementary Teachers' Federation of Ontario ainsi que de l'Ontario English Catholic Teachers' Association, notamment, sont appelés à se mobiliser.

En tout, ces organismes représentent quelque 200 000 membres qui travaillent dans le domaine de l’enseignement en Ontario. Des milliers d'entre eux ont répondu présent sur les réseaux sociaux, affirme M. Sabourin.

Ottawa-Gatineau

Éducation