•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le combat d’une mère contre l’ivresse au volant 

Le reportage de Léa Beauchesne
Charles D'Amboise

Il y a un an, Odette Lachance a perdu son fils, tué par un chauffard en état d'ébriété. Elle entreprend aujourd'hui un combat pour que cesse la banalisation de l'alcool au volant.

Selon Mme Lachance, les gens hésitent encore trop à intervenir lorsqu’un proche prend le volant après avoir trop bu.

« À chaque fois qu’on hésite, si on se mettait à penser que ça peut être quelqu’un qu’on aime… il n’y aurait pas d’hésitation. Je pense qu’on le ferait tous très rapidement. »

Son fils, Thomas Ratté, est décédé à l’âge de 17 ans après avoir été happé par une camionnette.

Photo de Thomas RattéThomas Ratté, 17 ans, a été happé mortellement par une camionnette vendredi sur l'avenue Bourg-Royal, à Charlesbourg. Photo : Photo fournie par la famile

Son conducteur, Keven St-Hilaire, est accusé de conduite avec facultés affaiblies causant la mort. Il a conduit alors que son alcoolémie dépassait 80 milligrammes d’alcool par 100 millilitres de sang.

St-Hilaire, qui est toujours en liberté, doit revenir en cour le 30 avril prochain.

Odette Lachance invite les parents à discuter à réfléchir aux petits changements qui peuvent faire une différence.

« Ce n’est pas obligé d’être de grands changements », précise-t-elle.

Responsabilisons-nous, au moins pour l'amour de ceux qu'on voudrait garder près de nous.

Odette Lachance

Des amis marqués

Camélia Lopez et Anthony Tremblay marchaient aux côtés de Thomas Ratté quand il a été happé.

Ils joignent aujourd'hui leurs voix à celle d'Odette Lachance. « Y'a une différence entre perdre un permis et quelqu'un qui perd une vie... Ton permis de conduire c'est un objet, la personne c'est une vie. Une vie en moins...c'est l'enfer à vivre », confie Camélia.

« La il faut vivre avec ca, il faut faire le deuil, il faut vivre avec ca. Ce qu'on peut faire, nous, c'est empêcher que ca arrive à d'autres », ajoute Anthony.

La famille de Thomas Ratté souhaite par ailleurs que le 24 mars, date du décès de l'adolescent, devienne la Journée Thomas Ratté, journée nationale de la sobriété.

Québec

Justice et faits divers