•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Autopsie d’une saison à oublier pour le Titan d’Acadie-Bathurst

Les joueurs sont debout ou agenouillés en attendant leur tour.

Le Titan à l'entraînement.

Photo : Radio-Canada / François Le Blanc

Radio-Canada

Après la saison de rêve, le Titan a connu rien de moins qu'une débâcle titanesque en 2018-2019. L'entraîneur-chef Mario Durocher a terminé le supplice en abordant la fin de saison comme un « camp d'entraînement ».

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 8 victoires en 68 parties. Les partisans ont pâti d’une saison de hockey à jeter aux oubliettes. Les souvenirs de la Coupe Memorial semblent déjà si lointains.

Samedi, l’équipe a encaissé une 33e défaite à domicile contre les Screaming Eagles du Cap-Breton, un record de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

Ce n’est jamais facile dans le bas de classement comme ça, reconnaît l’attaquant Mathieu Samson. Malgré le cycle naturel du hockey junior majeur, où les équipes couronnées de succès perdent généralement le noyau fort la saison suivante, l’équipe n’aurait pas pu espérer pire scénario.

L'attaquant du Titan d'Acadie-Bathurst, Mathieu Samson.

L'attaquant du Titan d'Acadie-Bathurst, Mathieu Samson.

Photo : Radio-Canada

J’ai eu de la misère à colmater l’offensive, la défensive, le désavantage numérique, le “power play”, les gardiens les défenseurs, la discipline, énumère l’entraîneur-chef du Titan, Mario Durocher. Un constat d’échec qu’il tente néanmoins d’aborder positivement.

La fin de saison lui aura permis d’évaluer son bassin de jeunes joueurs. Les victoires étaient devenues sans importance, les derniers matchs lui ont servi de « camp d’entraînement ».

On a évalué les joueurs qui nous montrent s’ils étaient de calibre junior majeur, admet-il. Un total de « 23 gars » pourrait être de retour la saison prochaine.

De cet exercice, il a retenu ceux qui lâchent, qui ne lâchent pas, ceux qui montrent du caractère.

On a rajeuni le club à 18 ans. On peut préparer notre club pour l’année prochaine.

Mario Durocher
L'entraîneur-chef du Titan d'Acadie-Bathurst, Mario Durocher

L'entraîneur-chef du Titan d'Acadie-Bathurst, Mario Durocher, pense déjà à la prochaine saison.

Photo : Radio-Canada

La cure de rajeunissement a certainement laissé transparaître un soupçon d’inexpérience dans un « système de jeu » construit autour des batailles à « un contre un ». Les entraînements étaient productifs, assure l’entraîneur, mais l’équipe n’est jamais parvenue à transférer sa progression face à l’adversité.

Il restait trois joueurs qui avaient gagné la coupe l’année d’avant, mais c’étaient des joueurs qui jouaient des rôles secondaires, observe l’entraîneur. Ces gars-là avaient tous hâte de prendre la job de numéro un, mais il y a des responsabilités.

Tu n’es peut-être pas assis dans la bonne chaise pour avoir du succès, donc c’est une des raisons majeures de ce qui est arrivé pour le Titan d’Acadie-Bathurst cette année.

L’été portera sans doute conseil à la direction de l’équipe. En attendant, Mario Durocher aborde la pause estivale avec un brin philosophie.

On est confiants qu’on a construit quelque chose cette année pour l’année prochaine, conclut Mario Durocher.

Avec les informations de François LeBlanc

Nouveau-Brunswick

Hockey junior