•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

50 ans en poste à l'UQTR : il a vu naître et grandir une institution

André Bougaïeff dans son bureau à l'UQTR.
André Bougaïeff a été engagé lors de la création de l'UQTR en 1969. Il est toujours en poste 50 ans plus tard. Photo: Radio-Canada / Josée Ducharme
Marie-Ève Trudel

En 1969, si on avait dit au professeur André Bougaïeff qu'il allait être encore en poste 50 ans plus tard à l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), il ne l'aurait pas cru. Et pourtant, il célèbre cette année un demi-siècle de carrière, tout comme l'établissement.

Ce qui ne change pas avec les années, c'est la passion et l'ardeur au travail d'André Bougaïeff, qui a commencé à enseigner à l'âge de 24 ans.

C'est tout le contraire du patrimoine bâti de l'UQTR qui lui, a grandement évolué au fil des décennies.

Les cours se donnaient au centre-ville de Trois-Rivières, et un des miens d'ailleurs, au-dessus d'un entrepôt de légumes. Alors ça sentait les bananes quand je donnais mon cours, et les tomates! C'est assez amusant!

André Bougaïeff

André Bougaïeff est d'abord venu de France pour faire un doctorat en linguistique française à l'Université Laval. C'était en 1968. Un an plus tard, le réseau de l'Université du Québec, en pleine émergence, a fait une offre que le jeune doctorant ne pouvait refuser.

On m'a demandé de venir donner des cours ici à Trois-Rivières, relate-t-il. J'ai accepté immédiatement.

Le réseau de l’Université du Québec a été créé en décembre 1968 à la suite de l’adoption d’une loi de l’Assemblée nationale du Québec. Il compte dix établissements autonomes qui ont notamment pour mission de contribuer au développement des régions.

Dès ses débuts, l'UQTR a joui d'un avantage géographique dans le réseau.C'est un peu l'araignée au centre de la toile, illustre M. Bougaïeff.

À l'époque, on faisait ce qu'on appelait de la réunionite, c'est une maladie, blague-t-il. Vous savez, on se réunit. Tout le temps. Jour et nuit. Nuit et jour. On ne dort plus, on ne mange plus. On ne fait que se réunir.

Il se remémore cette époque où tout était à construire : les programmes, l'embauche des professeurs, le développement des liens avec les étudiants et la publicité, entre autres.

J'ai eu la chance d'être la bonne personne, au bon endroit, au bon moment.

André Bougaïeff

Pour écouter l'entrevue d'André Bougaïeff à l'émission Facteur matinal, cliquez ici.

Un leg important

Au fil des ans, André Bougaïeff a vu défiler au-delà de 20 000 étudiants dans ses cours. Il a aussi multiplié les projets novateurs. Il garde de précieux souvenirs de ses premières années de recherche.

L'une de ses toutes premières initiatives à titre de chercheur à Trois-Rivières a été de mener une enquête linguistique. On disait à la personne chez qui on arrivait qu'on venait faire une enquête, explique-t-il. Alors la personne pensait qu'on était la police!

À l'autre bout du spectre, il est très fier de son plus récent projet, qui porte sur les journaux de Trois-Rivières. André Bougaïeff a conçu un site web dédié à l'histoire des journaux (Nouvelle fenêtre) de Trois-Rivières et de la Mauricie de 1817 à 1987.

C'est une université très dynamique, en tout cas pour moi personnellement, à chaque fois que j'ai eu des idées, des demandes pour des projets qui sortaient de l'ordinaire, on m'a écouté et on continue de m'écouter.

C'est d'ailleurs l'une des raisons qui rend l'idée de la retraite encore abstraite pour le professeur, bien que de plus en plus concrète.

La grammaire, pour moi, c'est comme un tapis magique qui m'a porté jusqu'à maintenant et qui me portera encore un certain temps.

André Bougaïeff

Mauricie et Centre du Québec

Société