•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ces films qu’on a seulement pu voir au Cinéma Moderne

Une salle de cinéma avec quelques dizaines de sièges et un grand écran sur lequel il est écrit «Cinéma moderne».
Le Cinéma Moderne a ouvert ses portes le 17 septembre 2018. Photo: Danny Taillon
Cecile Gladel

Ouvert depuis moins d'un an, le Cinéma Moderne a réussi le tour de force d'être l'un des seuls à offrir le film-événement Roma en salle. Pour voir ce long métrage sur un grand écran, il fallait acheter son billet des semaines d'avance en janvier dernier.

Outre ce film, couronné de critiques dithyrambiques et de plusieurs prix (dont l’Oscar de la meilleure réalisation pour Alfonso Cuarón), la nouvelle salle de cinéma indépendante a présenté une majorité d'œuvres cinématographiques qu’on ne pouvait voir ailleurs.

Le Cinéma Moderne fait partie des huit finalistes du Grand Prix du Conseil des arts de Montréal.

« Plutôt qu'une question de fierté, il y a des films que je suis simplement heureuse qu'on ait pu montrer et qui ont donné lieu à de belles rencontres », souligne Roxanne Sayegh, qui a cofondé le Cinéma Moderne avec Alexandre Domingue.

Alexandre Domingue et Roxanne Sayegh sont accoudés sur des sièges et sourient à l'objectif.Alexandre Domingue et Roxanne Sayegh, propriétaires du Cinéma Moderne, à Montréal Photo : Danny Taillon

Cette dernière a choisi les six films les plus marquants à avoir été présentés au Cinéma Moderne lors des premiers mois d’existence de cet établissement.


Évidemment, la présentation presque unique de Roma à Montréal a été un bon coup pour la nouvelle salle de cinéma. « Il nous a permis de nous faire connaître auprès d'une clientèle qui ne connaissait pas encore le Cinéma Moderne et a offert aux cinéphiles l'occasion de découvrir ce chef-d'œuvre dans les meilleures conditions possibles », dit Roxanne Sayegh.

Ce film du réalisateur mexicain Alfonso Cuarón, produit par le géant de la diffusion en ligne Netflix, s’est fait rare sur les grands écrans. Les abonnés à Netflix ont cependant pu le voir dans le confort de leur salon, mais sur un écran évidemment plus petit.

On a prouvé que malgré Netflix, le public aime encore sortir pour voir des films sur grand écran. Nos dernières séances, la fin de semaine dernière, étaient encore à guichets fermés. Et on en aura encore pour un moment. L'engouement ne s'est pas encore épuisé. On nous a contactés quand le cinéma avait à peine trois jours pour voir si on était intéressés à présenter le film, donc on a su assez rapidement qu'on allait pouvoir le partager au public.

Roxanne Sayegh

Boys Will Be Men, un film de 1980 que l'Office national du film (ONF) a tourné dans le Mile End, a aussi trouvé sa place au nouveau cinéma. Il a été présenté pour les besoins de la série From Mile End With Love en présence de protagonistes du film qui le voyaient pour une première fois sur grand écran presque 40 ans après le tournage.

« Ça montre un quartier bien différent de ce qu'il est aujourd'hui. Cette série est justement pour ancrer le cinéma dans son quartier et pour tisser des liens avec sa communauté de créateurs et de commerçants », explique Roxanne Sayegh.


Évidemment, on ne peut passer sous silence la présence à Montréal de l'acteur et réalisateur mexicain Gael García Bernal lors de la diffusion du film Museo.

Gael est un ami avec qui j'ai travaillé au Mexique quand je produisais le festival Ambulante, dont il est le cofondateur. Il était heureux de pouvoir voir notre nouveau cinéma et de présenter ce film au public montréalais lors d'un passage éclair à Montréal.

Roxanne Sayegh

Le temps qu’il reste est aussi l’un des films marquants présentés par la salle indépendante. Le réalisateur Elia Suleiman était sur place lors de la diffusion. « Un cinéaste palestinien que j'admire depuis longtemps et qui était en tournage à Montréal l'automne dernier », souligne Roxanne Sayegh.


Le cinéma du boulevard Saint-Laurent a présenté Blade Runner 2049, de Denis Villeneuve, en présence du réalisateur québécois. « Denis est une personne d'une extrême générosité. Il nous a dit qu'il avait toujours rêvé d'ouvrir un cinéma dans le quartier et il était heureux d'inaugurer le cinéma avec son film dès nos premiers jours », dit Mme Sayegh.


Le film La maison du hérisson a aussi bénéficié de la présence de sa réalisatrice, Eva Cvijanovic.

C’est une cinéaste d'animation dont j'aime beaucoup le travail. J'aime particulièrement ce film, visuellement magnifique et au texte extraordinaire. C'est l'une de mes fiertés que nous ayons chaque samedi et dimanche des films pour la famille, des courts et longs métrages, pour différents groupes d'âge, permettant aux petits de développer un goût pour le cinéma et le plaisir de voir les films en famille sur grand écran.

Roxanne Sayegh

Depuis son ouverture, le 17 septembre 2018, le Cinéma Moderne a présenté 96 films. Plus de 70 longs métrages y ont été présentés en exclusivité.

Cela n’inclut pas les films qui venaient de sortir en salle et qui avaient été présentés en reprise, comme Blade Runner 2049 ou Claire l'hiver. Et Roma n’a pas été présenté en exclusivité au Cinéma Moderne. Le film a aussi été diffusé au cinéma de quartier Station Vu, situé dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, et au Cinéma Dollar, à Côte-Saint-Luc, quelques semaines après sa sortie au Cinéma Moderne.

Grand Montréal

Cinéma