•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Effondrement d’une église à Minto au Nouveau-Brunswick

Portrait de Kevin Howe devant l'église partiellement détruite.
Impuissant, Kevin Howe s'est rendue à son église samedi. Photo: Radio-Canada / Lauren Bird/CBC
Radio-Canada

Le toit d'une église pentecôtiste de Minto, au Nouveau-Brunswick, s'est effondré vendredi après-midi. Malgré les dommages importants, le pasteur souhaite reconstruire le lieu de culte au même endroit.

Le pasteur Kevin Howe se tenait devant la structure affaissée samedi. Impuissant, il prend le pouls des murs effondrés de sa petite église pentecôtiste.

C’est le pupitre où je me serais installé si on avait été dimanche, observe le pasteur de l’Église pentecôtiste unie. Le pupitre tient toujours, mais il est recouvert de d’éclats de bois, de bardeaux et toutes sortes de débris tombés du toit.

Le poids de la neige aurait selon toute vraisemblance causé l’effondrement.

C’est décourageant et et tu te demandes comment les choses vont se passer à partir de maintenant, indique le pasteur.

Néanmoins, il se considère béni. Le résultat aurait été bien pire si des personnes s’étaient trouvées à l’intérieur.

C’est bien que ça se soit produit pendant un jour de semaine, convient le pasteur. Si ça avait été un dimanche après-midi, ce serait certainement une autre histoire.

Le mur extérieur de l'église est complètement détruit.La reconstruction de l'église dépendra de l'évaluation de l'assureur. Photo : Radio-Canada / Lauren Bird/CBC

Kevin Howe est le pasteur de cette église depuis 13 ans. La bâtisse a été construite il y a 35 ans. Une voisine l’a averti des dommages.

Elle a entendu la commotion, le bruit, et puis elle a regardé à l’extérieur vers l’église et la moitié était tombée, explique M. Howe.

La prochaine étape de l’église dépendra des assurances. Nous allons attendre qu’ils la démantèlent pour voir ce qui est bon et ce qui ne l’est pas. Mais présentement, on ne peut même pas voir le piano, il est probablement détruit.

La congrégation est confrontée avec le dilemme de la reconstruction. M. Howe attend des discussions avec la compagnie d’assurance dimanche. Il souhaite voir l’église reconstruite là où elle se trouve depuis 35 ans.

En attendant, le service religieux de dimanche a dû être annulé.

Avec les informations de CBC

Nouveau-Brunswick

Architecture