•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un homme a détourné l'attention du tireur de Christchurch et sauvé des vies

Gros plan sur le visage d'Abdul Aziz lors d'une entrevue avec un journaliste.

Abdul Aziz a lancé un terminal de paiement électronique sur le tireur pour dévier son attention vers lui.

Photo : Associated Press / Vincent Thian

Associated Press

Quand le tireur s'est avancé vers la mosquée, tuant ceux qui se trouvaient sur son chemin, Abdul Aziz ne s'est pas caché. Il a ramassé la première chose qu'il a pu trouver, un terminal de paiement électronique, avant de courir à l'extérieur en s'écriant : « Par ici! »

Âgé de 48 ans, M. Aziz est salué comme un héros pour avoir empêché le tireur de tuer encore plus gens à la mosquée de Linwood à Christchurch. Les deux hommes ont joué au chat et à la souris avant que l'assassin prenne la fuite en auto.

Abdul Aziz, dont les quatre fils étaient demeurés à l'intérieur de la mosquée pendant cette redoutable poursuite, a humblement déclaré qu'il a agi comme n'importe qui l'aurait fait dans de pareilles circonstances.

Le tueur a assassiné 50 personnes au cours de l'attaque la plus meurtrière de l'histoire contemporaine de la Nouvelle-Zélande. Selon Latef Alabi, l'imam par intérim de la mosquée de Linwood, le bilan aurait été beaucoup plus élevé, n'eût été la bravoure d’Abdul Aziz.

L'imam a raconté avoir entendu une voix à l'extérieur de la mosquée. Il a interrompu sa prière avant de jeter un coup d'œil à la fenêtre. C'est alors qu'il a aperçu un homme en tenue militaire noire armé d'un fusil qu'il a pris, au premier abord, pour un policier.

Mais après avoir vu deux corps par terre et entendu le tireur crier des obscénités, Latef Alabi a dû se rendre à l'évidence : il s'agissait d'un tireur.

Un nouveau coup de feu a retenti, un corps est tombé.

« Et puis, ce frère est venu. Il l'a poursuivi et l'a même maîtrisé. C'est ainsi que nous avons été sauvés, a témoigné M. Alabi en parlant d'Abdul Aziz. Si le tueur avait réussi à entrer dans la mosquée, nous serions tous morts. »

Attentats dans deux mosquées de la Nouvelle-Zélande

Se faufiler entre les voitures pour éviter les tirs

M. Aziz a raconté qu'il ne voulait que distraire l'attaquant. Celui-ci est retourné à son véhicule pour prendre une autre arme; le héros lui a lancé le terminal.

Pendant que ses deux plus jeunes fils le priaient de revenir dans la mosquée, M. Aziz cherchait à éviter les balles du tireur en se faufilant entre les voitures stationnées dans une allée.

M. Aziz a pu récupérer une arme abandonnée par le tueur et l'a lancée dans le pare-brise de la voiture. « C'est pour ça qu'il a eu peur », a-t-il dit.

L'homme de l'heure est originaire de Kaboul, en Afghanistan. Il a vécu plus de 25 ans en Australie avant de s'installer en Nouvelle-Zélande, il y a quelques années.

« Je suis allé dans beaucoup de pays et celui-ci est l'un des plus beaux », a-t-il déclaré. Il pensait aussi qu'il s'agissait du plus pacifique.

Abdul Aziz a affirmé qu'il n'a pas ressenti de la peur face au tireur : c'était comme s'il était sur le pilote automatique. Allah a dû décider que l'heure de la mort n'avait pas sonné pour lui, a-t-il ajouté.

Terrorisme

International