•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toujours ébranlée, la communauté musulmane d'Ottawa-Gatineau appelle à la persévérance

Trois femmes assises à une table en train d'étudier des listes de noms.
Des bénévoles compilent les présences lors de l'activité. Photo: Radio-Canada / Yasmine Mehdi
Radio-Canada

Toujours sous le choc après l'attentat qui a fait 50 morts dans deux mosquées de la Nouvelle-Zélande, la communauté musulmane de la capitale nationale a lancé un appel à la persévérance, samedi, lors d'une conférence rassemblant 3000 fidèles à Ottawa.

Amy Awad, porte-parole des Organisations musulmanes unies d’Ottawa-Gatineau et membre du comité organisateur de la conférence I.LEAD, reconnaît qu’un certain niveau d’anxiété existe en lien avec la conférence, dans la foulée des fusillades de Christchurch. La tuerie a vraiment ébranlé la communauté, confie-t-elle.

Amy Awad répond aux questions d'une journaliste. Amy Awad, porte-parole pour l’Organisation des musulmans unis d’Ottawa-Gatineau. Photo : Radio-Canada

Dans ce contexte tendu, des mesures de sécurité, comme une présence policière accrue, ont d'ailleurs été mises en place afin d’assurer que l’événement se déroule dans l’ordre au centre EY.

Il y a plus de sécurité aujourd'hui que pour tous nos événements précédents, a reconnu un des responsables, Walid Darwish, expliquant avoir communiqué avec le Service de police d'Ottawa dès qu'est survenu l'attentat en Nouvelle-Zélande.

Amy Awad assure néanmoins que son organisation ne reculera pas sur les activités qu’elle compte tenir. Dans le contexte actuel, le thème de la rencontre de samedi, l’art de la persévérance, arrive à point nommé, selon l'organisatrice.

Nous espérons que les membres de la communauté vont persévérer.

Amy Awad, porte-parole d'Organisations musulmanes unies d’Ottawa-Gatineau

Il faut éradiquer cette peur, il faut aller de l'avant avec nos activités régulières, a quant à elle affirmé la présidente du Centre islamique de l'Outaouais, Hayet Laggoune.

Malgré l’anxiété, des membres de la communauté ne se sont pas laissé décourager. Je suis ici parce que je veux augmenter mon niveau d’engagement auprès de la communauté, surtout avec ce qui s’est passé hier en Nouvelle-Zélande, a soutenu Abdel Amin, un participant à la conférence.

La classe politique solidaire

Plusieurs politiciens présents ont tenu à démontrer leur soutien à la communauté et ont dénoncé le discours politique ambiant.

Ce qui est arrivé est inexplicable [...] nous devons redoubler d’efforts pour unifier notre communauté, a réagi le chef intérimaire du Parti libéral de l’Ontario, John Fraser.

John Fraser répond aux questions d'une journaliste.John Fraser, chef intérimaire du Parti libéral de l'Ontario. Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

Selon lui, les décideurs doivent être plus vigilants, tout en portant un regard attentif aux réseaux sociaux. Il a qualifié d'infection les discours haineux et antimusulmans qui circulent sur le web et dans certaines franges politiques.

Le député libéral fédéral d’Ottawa-Sud, David McGuinty, a abondé dans le même sens. Je pense que les mots comptent pour beaucoup aujourd'hui. Il faut faire très attention quelle sorte de mots la classe politique utilise, a-t-il insisté.

Mais pour Hayat Lagoune, les discours ne suffisent plus. Les politiciens doivent passer de la parole aux actes. Il faut aller au-delà. Je pense qu'ils doivent répondre de leurs responsabilités pour ceux et celles qui véhicules des messages qui vont à l'encontre du vivre-ensemble, a-t-elle martelé.

Avec les informations de Yasmine Mehdi

Ottawa-Gatineau

Engagement communautaire