•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tuerie en Nouvelle-Zélande : une collecte de fonds lancée à Québec

Le Centre culturel islamique de Québec

Le Centre culturel islamique de Québec lance une levée de fonds.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

Charles D'Amboise

Le Centre culturel islamique de Québec entame une collecte de fonds pour venir en aide aux familles des victimes de la tuerie de Christchurch.

Deux ans après l’attentat à la grande mosquée de Québec, le carnage dans deux mosquées de Nouvelle-Zélande a créé une onde de choc dans la communauté de fidèles de la capitale.

Le conseil d’administration s’est rencontré vendredi soir et a conclu qu’une campagne de financement était le meilleur moyen de montrer sa solidarité.

« On va ramasser de l’argent et on va l’envoyer aux familles des victimes avec des cartes de condoléance que les membres de la communauté vont faire », explique Mohamed Labidi, administrateur et ex-président du Centre culturel islamique de Québec.

Mohamed Labidi Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mohamed Labidi est l'ancien président du Centre culturel islamique de Québec

Photo : Radio-Canada

De notre expérience à nous, ça a aidé à passer au travers. L’argent, ça ne peut pas remplacer un être cher, mais ça peut aider dans de telles circonstances.

Mohamed Labidi, administrateur et ex-président du Centre culturel islamique de Québec

Les dons peuvent être effectués à travers le Canada sur le site web du Centre culturel islamique de Québec.

Processus de guérison

Selon M. Labidi, le processus de guérison des communautés musulmanes de Nouvelle-Zélande sera long. Dans cette épreuve, la police va avoir un rôle à jouer, souligne-t-il.

« Ils vont avoir un travail de proximité à faire autour des mosquées, surtout dans ces circonstances », affirme-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Société