•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Russie fustige l’« hypocrisie » des nouvelles sanctions occidentales

Un policier escorte un soldat menotté.
Un agent du FSB escorte un des 24 marins ukrainiens capturés par la marine russe dans le détroit de Kertch. Photo: Reuters / Pavel Rebrov
Agence France-Presse

La Russie a fustigé samedi l'« hypocrisie » des nouvelles sanctions occidentales envers plusieurs de ses responsables pour leur rôle dans un incident naval l'année dernière au large de l'Ukraine, promettant de réagir à cet acte « inamical ».

« Le prétexte d'inclure nos compatriotes dans la liste des sanctions illégitimes de l'UE est confondant d'hypocrisie et de cynisme », affirme le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

Dans une déclaration antérieure faite vendredi soir, le Ministère assurait que la Russie « ne [laisserait] pas l'acte inamical de l'UE sans réponse », accusant les Européens de prendre parti à la veille de l'élection présidentielle du 31 mars.

On ne peut ignorer que cette décision intervient peu avant l'élection présidentielle en Ukraine.

le ministère russe des Affaires étrangères

Dénonçant la « russophobie » de Washington et d'Ottawa, le Ministère juge que les sanctions « ne mèneront pas aux résultats souhaités par les États-Unis et le Canada ».

Les États-Unis, en accord avec l'Union européenne, l'Australie et le Canada, ont infligé vendredi de nouvelles sanctions contre des responsables russes pour « la poursuite de leur agression en Ukraine », selon une annonce du Trésor américain.

Six responsables sont mis à l'index pour la saisie de navires ukrainiens dans le détroit de Kertch, au large de la Crimée, en novembre 2018, et pour leur soutien aux rebelles séparatistes de l'est de l'Ukraine.

Les sanctions gèlent les avoirs des personnes désignées et interdisent le commerce avec eux.

Six groupes de défense opérant en Crimée, annexée par la Russie en 2014, et deux entreprises de construction et d'énergie sont également visés par les sanctions.

Vingt-quatre marins ukrainiens ont été arrêtés lors de l'incident dans le détroit de Kertch. Les gardes-frontières russes « remplissaient courageusement leur devoir pour défendre les frontières de notre pays », a déclaré samedi la Russie, affirmant que l'incident résultait d'une « provocation » de la partie ukrainienne.

Moscou a arrêté les Ukrainiens « conformément aux normes du droit international », toujours selon le ministère russe des Affaires étrangères.

Les marins ukrainiens risquent jusqu'à six années d'emprisonnement pour franchissement illégal des frontières russes, estiment des avocats.

Relations internationales

International