•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les résidents de Christchurch manifestent leur solidarité aux familles endeuillées par les fusillades

La foule transporte des bouquets de fleurs plus près de la mosquée Masjid Al Noor, à Christchurch, après que le cordon policier bloquant la rue a été retiré.

Photo : Reuters / Jorge Silva

Radio-Canada

Les Néo-Zélandais continuent de s'unir pour apporter du soutien aux familles des victimes de la tuerie survenue dans deux mosquées de Christchurch vendredi. Les citoyens se recueillaient encore sur les lieux de la tragédie passé minuit, et des collectes de fonds destinées aux familles endeuillées ont déjà permis de ramasser plus de 4 millions de dollars.

L’envoyée spéciale de Radio-Canada Anyck Béraud rapporte que les gens continuaient de se masser devant la mosquée Masjid Al Noor malgré l’heure tardive, déposant des bouquets et des messages d’espoir.

Elle mentionne aussi que, plus tôt, quand le cordon policier qui fermait la rue a été retiré, de nombreuses personnes ont transporté les objets déjà déposés plus près de la mosquée, laquelle est toujours protégée par un cordon.

Selon la journaliste, ces gestes de solidarité sont appréciés des membres de la communauté musulmane auxquels elle a parlé.

Des millions en soutien aux familles

Par ailleurs, les trois collectes de fonds mises en place pour aider les familles des victimes ont déjà permis de récolter des sommes considérables.

Deux de celles-ci ont été lancées par le Conseil néo-zélandais des groupes de soutien aux victimes, le principal fournisseur de services de soutien du gouvernement pour les personnes touchées par un homicide; l’autre par le Centre d'information islamique de Nouvelle-Zélande.

La communauté musulmane de Québec, qui a été victime d’une tragédie semblable en janvier 2017, compte aussi participer à cet effort. Elle a l’intention d’organiser une récolte de dons en argent, selon Mohamed Labidi, ancien président du Centre islamique de Québec, et acheminera également des cartes de condoléances.

« Rien ne peut remplacer un cher perdu. L‘argent ne peut pas les remplacer, mais ça peut amoindrir les souffrances. […] Les familles des victimes se retrouvent du jour au lendemain sans père, sans source de subsistance. Le plus important, c’est le soutien. Quand ils voient que les gens sont avec eux, ça peut adoucir la peine », note-t-il.

Quarante-neuf personnes sont mortes et près d'une cinquantaine ont été blessées vendredi à l'heure des prières dans deux mosquées de Christchurch.

Le présumé meurtrier, un Australien de 28 ans, a été accusé de meurtre, et des chefs d'inculpation supplémentaires devraient être retenus contre lui, a précisé la police.

Avant de commettre son crime, l’homme a publié sur le web un manifeste de 73 pages contenant toutes sortes de théories racistes et néonazies, qu’il a aussi notamment envoyé à la première ministre néo-zélandaise.

Il a filmé toute la fusillade en direct, qui a été diffusée sur Facebook.

Attentats dans deux mosquées de la Nouvelle-Zélande

Terrorisme

International