•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les proches de Pius Adesanmi se souviennent d'un homme « irremplaçable »

Des gens rassemblés dans une église.

Les funérailles de Pius Adesanmi se sont tenues samedi, à Ottawa.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les proches et collègues du professeur de l'Université Carleton Pius Adesanmi, mort la semaine dernière dans l'écrasement du vol 302 d'Ethiopian Airlines, se sont souvenus d'un homme « irremplaçable » lors d'une cérémonie en son honneur, samedi, à Ottawa.

C’est très difficile. Je suis très choquée, a affirmé Kika Otiono, dont le père était un ami très proche de Pius Adesanmi. Elle n'a toujours pas digéré la mort de M. Adesanmi. C’est un gros choc.

Il était tellement joyeux, alors le fait d’appeler ça une ''célébration de sa vie'' est entièrement approprié, a soutenu celle qui considérait M. Adesanmi comme son oncle.

Chuks Imahiagbe a lui aussi été ébranlé quand il a appris la nouvelle de la mort de son ami. Pius était un phénomène. Il était une personne globale. Sa connaissance était vaste. C’est difficile de lire un de ses articles sans être captivé, a confié le président de l'Association nigériane canadienne d'Ottawa.

Une église où des centaines de personnes sont rassemblées pour commémorer la vie de Pius Adesanmi.

Des centaines de personnes se sont déplacées pour rendre hommage à Pius Adesanmi.

Photo : Radio-Canada

Il brisait des barrières. C’est pourquoi sa mort a touché des personnes beaucoup plus loin qu’au Canada, a soutenu M. Imahiagbe. Son humilité était exemplaire. Son côté humain nous manquera.

On trouve du réconfort quand on réalise qu’il a vécu une vie bien remplie et on est reconnaissants de son passage dans nos vies.

Chuks Imahiagbe

Michael Eshiemokhai était à la maison quand il a appris la nouvelle de la mort de son ami. J’étais surpris de la façon tragique par laquelle sa vie s’est terminée. Il aimait la vie et il était aimé, a raconté celui qui habite Laval, au Québec.

Le professeur Pius Adesanmi de l'Université Carleton, une des victimes de l'écrasement en Éthiopie

Le professeur Pius Adesanmi de l'Université Carleton, une des victimes de l'écrasement en Éthiopie.

Photo : Courtoisie/Université Carleton

C'est quelqu'un d'irremplaçable. C'est tellement de gros souliers à chausser pour tous les gens, après, qui tenteront de poursuivre le travail qu'il a commencé, a affirmé Sarah Onyango, une figure connue de la communauté africaine d'Ottawa.

Sarah Onyango répond aux questions d'une journaliste.

Sarah Onyango soutient que la mort de M. Adesanmi laisse un vide dans la communauté.

Photo : Radio-Canada

L'événement a été enregistré et sera retransmis par la suite sur le site web de l'Institut des études africaines de l'Université Carleton, dont Pius Adesanmi était le directeur.

M. Adesanmi était titulaire d'une maîtrise en français de l'Université d'Ibadan, au Nigeria, et d'un doctorat en études françaises de l'Université de la Colombie-Britannique.

Il a remporté plusieurs prix au cours de sa carrière, notamment le Penguin Prize, en 2010, pour ses écrits sur l’Afrique.

Dix-huit Canadiens sont morts dans l'écrasement du vol ET 302. L'appareil Boeing 737 MAX 8 s'est écrasé quelques minutes après son décollage de l'aéroport international Bole, d'Addis-Abeba, alors qu'il était en direction de Nairobi, au Kenya.

Par ailleurs, l'Université Carleton a annoncé, samedi, la mise sur pied d'un fonds pour soutenir les étudiants et poursuivre l'oeuvre de la vie de M. Adesanmi.

Accidents et catastrophes

Société