•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écrasement du vol d'Ethiopian Airlines : les enquêteurs détiennent les données d'une des boîtes noires

Des gens se recueillent devant des fleurs et des photos.
Des employés des Nations unies rendent hommage à leurs collègues qui ont perdu la vie, lors d'une cérémonie de commémoration pour les victimes de l'écrasement du vol d'Ethiopian Airlines, sur les lieux de la tragédie. Photo: Reuters / Tiksa Negeri
Radio-Canada

Le Bureau français d'enquêtes et d'analyses (BEA) a confirmé samedi avoir remis aux enquêteurs éthiopiens les données d'une première boîte noire de l'avion qui s'est écrasé près d'Addis-Abeba, alors que la compagnie aérienne a précisé que le rapatriement des corps des 157 passagers pourrait prendre « six mois ».

« Les données contenues dans le CVR [le Cockpit Voice Recorder, ou l'enregistreur des conversations dans la cabine de pilotage] ont été téléchargées avec succès et remises à l'équipe d'enquête éthiopienne », indique le BEA sur son compte Twitter, qui a ajouté ne pas avoir « écouté les fichiers audio ».

L'organisme français a également précisé que le travail effectué sur l'enregistreur des données du vol reprendra dimanche.

L’enquête sur la cause de l’accident devrait prendre un temps « considérable », a affirmé la ministre éthiopienne des Transports, Dagmawit Moges, samedi.

« L'enquête [...] requiert une analyse minutieuse et un temps considérable pour parvenir à des conclusions concrètes », a déclaré la ministre Moges au cours d'une conférence de presse à Addis-Abeba.

En attendant, Ethiopian Airlines prévoit organiser un service religieux dimanche, une semaine jour pour jour après l’accident, à la cathédrale de la Sainte-Trinité (Kidist Selassie).

« L'entreprise nous a dit qu'on nous donnerait un kilo [de terre provenant du lieu de l’écrasement] chacun pour l'enterrement à l'église de Selassie, un enterrement qu’elle organisera », a mentionné un membre de la famille d’une victime, qui a demandé à ne pas être nommé.

Par ailleurs, les familles ont reçu samedi des documents indiquant que les certificats de décès seraient délivrés d’ici deux semaines et qu’ils recevraient un premier paiement pour couvrir leurs dépenses immédiates.

L’action de Boeing chute

Alors que les Boeing 737 MAX du monde entier sont cloués au sol jusqu’à nouvel ordre, le prix de l'action de l’entreprise a chuté d'environ 10 %.

Les données de vol ont déjà montré certaines similitudes avec l'écrasement, quelques minutes après le décollage, d’un même modèle d'avion lors d'un vol de Lion Air en octobre, en Indonésie. Les pilotes avaient aussi signalé des problèmes avant que l'avion ne s'écrase. Les 189 personnes à bord avaient été tuées.

Avec les informations de Reuters, et Agence France-Presse

Transports

International